La Maison de poupée

Allez donc comprendre, si ça vous chante, comment George, qui pouvait s'offrir le meilleur cul de la côte Est, avait réussi à s'acoquiner avec une pouffiasse dont le mari s'était suicidé et qui avait un passé de joueuse de piano dans un bastringue.
Thomas Savage - Le Pouvoir du chien
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 janvier

Contenu

Roman - Policier

La Maison de poupée

Tueur en série - Disparition - Assassinat MAJ mercredi 29 mars 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

M. J. Arlidge
The Doll's House - 2015
Traduit de l'anglais par Séverine Quelet
Paris : Les Escales, mars 2017
284 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-36569-295-3
Coll. "Escales noires"

Puzzle macabre et autres jeux enfantins

Le roman policier raconte la lutte entre les policiers et les bandits, chacun usant de ses forces physiques ou mentales pour surclasser l'autre. Si le monde était ainsi, ce serait extrêmement simple. Dans le monde réel, les choses sont un peu plus complexes. Dans ce troisième roman de M. ?. Arlidge, l'enquête commence avec ce que l'on pourrait appeler une piste froide. Par hasard, on découvre sur la plage le corps enfoui d'une jeune femme. Celle-ci aurait disparu depuis quelques années, mais cela ne semblait pas soucier grand monde, y compris les propres membres de sa famille. Il faut dire que la victime était un peu en froid avec eux... et, surtout, elle continuait à donner de ses nouvelles par textos... Peu à peu l'enquête avance au travers de nombreux suspects dont un bricoleur, qui aidait la victime mais avait conservé les clés de chez elle, et le propriétaire du logement, un indélicat qui avait installé des caméras dans les alarmes incendie afin de satifaire ses envies de voyeurisme. Les pistes se compliquent lorsqu'une policière particulièrement tenace, la la détective Helen Grace, fouille et découvre qu'il y a d'autres disparitions mystérieuses du même genre. L'assassin est particulièrement retors, et il vient de kidnapper une nouvelle femme (ce qui lance un compte à rebours anxiogène pour la retrouver avant qu'elle ne se transforme en cadavre). Mais la police a d'autres chats à fouetter que de s'occuper d'un vulgaire assassin. Il y a plus important : les luttes de clans entre factions. La chef veut se débarrasser de son adjointe et elle est prête à monter un grand piège afin de la faire inculper par la police des polices. Obnubilée par ce complot qu'elle monte, cette même chef ne se rend pas compte que son mari la trompe. De fait, le récit est éclaté entre les pensées et actions de la jeune femme prisonnière, l'enquête pour tenter de la sauver, le piège que tend la chef sur la la détective Helen Grace, et les déboires sentimentaux des principaux protagonistes de l'histoire. Tout cela est structuré avec soin et ne laisse pas de place aux temps morts. Très bien agencé, ou fabriqué, le récit est plaisant, intéressant et de facture éminemment classique. On voit déjà l'adaptation en série télévisée qui pourrait en être faite. On parlait de romans de plage, celui-ci pourrait être parfait pour le grand pont de Pâques.

Citation

Elle avait juste envie de se cacher du monde, de paresser en cuvant son vin, loin de sa famille intrusive, des responsabilités, de la trahison et des larmes. elle voulait échapper à sa vie, au moins pour quelques larmes.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 29 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page