L'Exécuteur. 2, La Confession

Vint à l'esprit de Borosevitch, qu'il y en avait quand même un qui était dans de sales draps.
Catherine Bessonart - Et si Notre-Dame la nuit...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Loup d'Hiroshima
Premier roman japonais publié par l'Atelier Akatombo lancé par l'auteur de polars Dominique Sylva...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 21 août

Contenu

Bande dessinée - Thriller

L'Exécuteur. 2, La Confession

Sportif - Tueur à gages - Assassinat MAJ mercredi 29 mars 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

John Wagner (scénario), Arthur Ranson (dessin)
Button Man. Book II: The Confession of Harry Exton - 2000
Traduit de l'anglais par Philippe Touboul
Paris : Delirium, mars 2017
96 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 979-10-90916-32-6

Confession assassine

Le tome I nous avait laissé sur notre faim... Delirium, l'éditeur BD qui fait du bien, met un terme à ce suspense insoutenable et nous livre la suite des aventures de Harry Exton ! Notre héros était en fâcheuse posture à la fin du dernier opus... Nous le retrouvons en convalescence aux États-Unis, sous une nouvelle identité. Le sénateur richissime qui l'a sauvé lui soumet un marché qu'Harry ne peut pas refuser. Un an de jeu mortel sous ses ordres, en échange d'une nouvelle vie et d'un sacré paquet de dollars. Cora, une rousse incendiaire et épouse de couverture, fait l'intermédiaire entre le commanditaire et son nouvel exécutant. Harry retombe alors dans la spirale infernale de la violence et du meurtre. Il est tiraillé entre l'envie de se retirer de ce jeu morbide et l'appât du gain facile, et une colère folle monte en lui. La rage le pousse à enfreindre les règles du jeu et il devient une bête incontrôlable... Jack Wagner et Arthur Ranson situent désormais l'action aux États-Unis, New York, le désert d'Arizona, etc. et poursuivent leur incroyable travail cinématographique. L'ombre de Hollywood plane sur les planches des deux maîtres, passant du film noir au western puis au film de guerre. Entre William Friedkin et Francis Ford Coppola, nous sommes plongés dans des lieux et des atmosphères sombres, glauques, qui sentent la sueur, le sang et la poussière. La scène dans le cinéma sordide de Times Square est admirable. Les illustrations représentant les cauchemars de Harry sont saisissantes. Et, pour finir, toute la séquence dans le désert où, tels des gladiateurs au far-west, quatre exécutants s'affrontent sous les yeux de leur commanditaire. Les jeux du cirque ne sont pas loin, et les prémices de la téléréalité (Big Brother voit le jour en 1999 aux Pays-Bas) font mouche. Les caméras pour suivre les faits et gestes des assassins, les écrans de surveillance, les jumelles, les talkies-walkies, autant d'éléments témoignant de la clairvoyance de Wagner et Ranson sur ce qu'allait devenir un pan de notre société... Brillant.

Citation

Un jeu de meurtres où l'on joue gros, un homme contre un autre homme, contrôlés par de mystérieux commanditaires, les 'voix'. En y prenant part, on peut devenir très riche... ou très mort.

Rédacteur: Carine Bach mercredi 29 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page