Nous serons légion

– Vous voulez dire que vous êtes Scotland Yard ?– Pas dans son entier. Un de ses étais mineurs. Étai au sens de soutien.
Josephine Tey - Un cadavre sur le sable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 17 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Nous serons légion

Politique - Religieux - Terrorisme - Complot MAJ mercredi 19 juillet 2017

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,95 €

David Moitet
Montesson : City, février 2017
298 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8246-0903-4

Dépassé et dégommé par la jeunesse

Le personnage central de ce nouveau roman de David Moitet est Gwenn, un ancien flic, un peu caractériel (en fait il a démoli la rotule de son collègue lorsque ce dernier s'est retrouvé dans le lit conjugal avec la femme de Gwenn). Depuis il a traîné sur les routes du monde durant une dizaine d'années. À son retour, il a besoin de bosser et devient professeur dans un collège difficile de la banlieue parisienne. Là, il va découvrir la vraie vie ! Surtout il va rencontrer Sabrya, une jeune femme dont il va tomber amoureux. Mais un des adolescents de son collège est l'une des victimes d'un réseau virtuel où l'on propose à des jeunes de participer à un jeu contre de l'argent. Une fois dans le jeu, peu à peu, ces mêmes jeunes sont endoctrinés afin de servir de bien noirs desseins. C'est sans surprise son ancien coéquipier et amant de sa femme qui est chargé de l'enquête. C'est donc le bon moment pour Gwenn de renouer avec son passé policier et d'essayer de trouver qui se cache derrière cette vague de nouvelle guerre sainte - d'où le titre qui use d'une parabole biblique. Il semble en effet que les adolescents sont manipulés par Daech qui entend créer une guerre civile en créant un véritable conflit de générations. Sabrya veut l'aider car elle travaille justement sur des comportements asociaux. Mais pour elle, le responsable du complot n'est pas un jihadiste caché au fin fonds des déserts.... C'est peut-être un universitaire qu'elle a connu et plutôt proche des milieux d'extrême-droite...
Nous serons légion part d'un constat contemporain : comment retourner contre l'Occident ses propres armes et de faire de gentils adolescents un peu paumés des bombes prêtes à exploser et à porter la guerre civile au cœur même du dispositif ennemi. À partir de cette idée, David Moitet va développer une intrigue simple composés de bonnes vieilles ficelles : l'ancien policier un peu furieux qui revient juste au bon moment, qui prend le bon boulot pour se trouver au cœur de l'action, qui trouve la bonne copine qui s'occupe justement de messages subliminaux et autres moyens de propagande. En plus, c'est son ancien coéquipier qui vient lui donner un coup de main. La dernière partie fait éminemment songer aux livres complotistes avec un complot à l'intérieur du complot, et des méchants qui disposent d'assez d'argent pour s'offrir un village entier. Alors que le roman s'appuie sur des personnages sympathiques et sur une volonté de sauver le monde indéniable, le final devient sombre et glauque (sans doute est-ce réaliste mais un peu inattendu). Le style est simple et efficace et permet de dérouler une histoire nerveuse qui joue sur plusieurs points de vue pour avancer rapidement. Le lecteur sent bien que David Moitet avait là quelques bonnes idées, quelques scènes prévues et bien dressées dans son esprit, mais l'ensemble ne parvient pas à convaincre totalement.

Citation

Les leçons attendraient. Nassim allait rejoindre un monde où il n'était pas un élève médiocre, un fils qui n'arriverait à rien, et encore moins le souffre-douleur de ses camarades.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 19 juillet 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page