Coronado

Ses rêves de succès se sont éteints comme s'éteignent un à un les lampions après une fête. Un seul lampion est resté allumé, un seul a résisté, ne s'est pas éteint.
Marc Welinski - Blue Velasquez
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Coronado

MAJ mardi 03 novembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Loustal
Scénario adapté de l'œuvre de Dennis Lehane
Loustal (illustrateur)
Paris : Casterman, septembre 2009
94 p. ; illustrations en couleur ; 26 x 19 cm
ISBN 978-2-203-02462-5
Coll. "Rivages/Casterman/noir"

Quand Bobby nous fait de la pelle

Coronado est l'adaptation en bande dessinée d'Avant Gwen, une nouvelle que Dennis Lehane a écrite d'un jet "installé un soir sur la terrasse de [sa] maison à Boston" alors que des éclairs zébraient le ciel et que des trombes d'eau s'abattaient. Atmosphère propice "à électriser un savant fou". Cette nouvelle avait été proposée en 2004 par les éditions Rivages comme livre cadeau pour l'achat de plusieurs romans de sa collection "Rivages/Noir" avant d'être publiée dans une anthologie de nouvelles proposées par John Harvey puis d'être rééditée dans un recueil intitulé Coronado. C'est ce même John Harvey qui, après dix jours passés à fumer, boire, revoir des films et discuter jusqu'à pas d'heure avec Dennis Lehane l'avait convaincu d'écrire une pièce de théâtre inspirée d'Avant Gwen. Cette pièce a pour nom Coronado et si on y retrouve Bobby et son odieux père, elle n'a que très peu à voir avec la bande dessinée Coronado ici présente. Les éditeurs doivent se plaire à nous faire patauger dans la gadoue. Vous souhaitez une aspirine ou vous avez tout compris ?

Bobby sort de prison après le vol d'un diamant réussi mais qui ne l'a pas empêché de se prendre deux balles dans la tête et d'être arrêté. Dehors, dans une voiture, son père l'attend. Jusque ici, rien que du normal. À l'arrière, une pute pour que son fils se soulage la tige. Bon, on n'a qu'à dire que c'est normal et que le père prend soin de l'hygiène de son rejeton de fils après des années d'onanisme ou de frotti-frotta avec d'autres détenus. Là où ça l'est carrément moins c'est que le père n'est là que pour récupérer le diamant, tuer son fils et se faire dorer la pilule au Mexique. Le fils n'a qu'une idée : venger Gwen, son unique amour, celle avec qui ils ont fait le coup tous les trois et qui a, il le sait, été tuée par son pourri de père.
L'intrigue est plantée. Mise sobrement en valeur par un Jacques de Loustal qui nous propose une bande dessinée en cinq actes avec des planches de deux cases, des fois une seule, en couleurs. Ici et là, quand Bobby pense à Gwen, la page est en noir et blanc. Les dialogues sont minimalistes. Les descriptions nombreuses. Les visages en gros plans nous sautent à la figure. Le dernier acte se déroule de nuit dans un parc d'attractions déserté, avec des mains en sang de trop creuser, digne du final du Bon, la brute et le truand, duel exclu, alors qu'il y a pourtant cette fameuse pelle... Un bleu sombre omniprésent dans les planches tranche alors avec les couleurs utilisées dans les quatre actes précédents. Il permet au tragique de la nouvelle d'être mieux mis en avant. Une bande dessinée qui ne surprendra pas les amateurs de Loustal que l'on dévore avec plaisir.


On en parle : L'Ours polar n°50

Nominations :
Prix BD Polar Expérience / evene.fr 2010

Citation

Un vieux salopard comme toi ? Qu'est-ce qui te reste quand t'es pas en train de faucher un truc, de liquider quelqu'un ou de t'arranger pour pourrir la vie des gens ?

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 02 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page