Avant l'aube

Parce qu'à la fin des fins, quand les emmerdes me pleuvaient dessus, j'aurais payé cher pour récupérer une dose de ma propre prévisibilité.
Ken Bruen - Brooklyn requiem
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

Avant l'aube

Historique - Assassinat - Corruption MAJ lundi 27 novembre 2017

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,5 €

Xavier Boissel
Paris : 10-18, octobre 2017
312 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06694-7
Coll. "Grands détectives", 5267

... c'est la noirceur !

Parce qu'il se trouve, par hasard, sur les lieux d'un braquage mal préparé, Philippe Marlin tire et tue les deux bandits. Lui reprochant son impulsivité et une fusillade en pleine rue, l'IGS le fait muter à la Crim', faisant comprendre qu'il s'agit d'une promotion. Là, il intègre l'équipe du commissaire Baynac et fait équipe avec Le Varech. Ils sont de permanence, ce lundi 19 décembre 1966, quand le substitut du procureur les envoie place de Wagram, à l'entrée du tunnel de la Petite Ceinture qui passe sous la place. On a découvert le cadavre atrocement mutilé d'une femme. La victime est vite identifiée ayant fait l'objet de moult arrestations quand elle se prostituait. Mais depuis 1961, Audrey Mésange était l'épouse de Flanquard, un entrepreneur du BTP. Une jeune journaliste, Charlotte Saint-Aunix, qui travaille à l'AFP, s'intéresse à ce crime mystérieux. Elle fournit à Philippe Marlin une éventuelle piste, une voiture volée, repérée sur les lieux, a été retrouvée avec des traces de sang.
Le mobile reste obscur. Le mari, très affecté, possède un alibi solide. L'équipe enquête et, peu à peu, lève le voile sur les agissements de réseaux, des liens étroits noués dans des conditions particulières, des combinaisons crapuleuses dont le SAC est le point central, l'axe principal. L'équipe se disperse, Baynac est mis en retraite, Le Varech part dans un commissariat lointain et Marlin, qui veut comprendre les raisons de cet assassinat, va se trouver en butte à un univers où la respectabilité n'est qu'apparente.

Les années 1960 prennent, avec le temps, des allures de Belle Époque, l'aspect d'un éden, d'une page historique privilégiée. Nombre de personnes n'hésitent pas à s'y référer, la présentant, parce que cela les arrange, comme une époque où l'honnêteté régnait presque en maîtresse. C'est sans doute la vérité lorsque l'on évoque l'échelon le plus haut de l'État, mais dès qu'on est juste en dessous, ce n'est plus le cas et la Rome corrompue de Néron peut faire référence. Il faut saluer la démarche de Xavier Boissel de soulever le voile sur des structures existantes à cette époque, sur les méthodes musclées employées par ces affairistes dans le sens le plus vil du terme.
Il aborde le sujet du SAC par le biais d'un inspecteur de la Crim' du 36 quai des Orfèvres qui, parce qu'il veut élucider un meurtre qui le hante, va entrer dans un système que l'on peut qualifier de mafieux, dans des réseaux actifs pour profiter de la manne à glaner.
Ces années 1960 voient de grands changements. Les chantiers d'importance sont nombreux. À Paris, des quartiers se transforment radicalement comme celui de Maine-Montparnasse. Les principales autoroutes sont mises en chantier.... Des villes nouvelles émergent en grande banlieue. C'est l'occasion de combines fructueuses, de prévarications, d'arnaques, de trafics multiples. Le romancier restitue à merveille cette effervescence et les appétits qu'elle suscite. Et ce roman porte une résonance étonnante avec notre époque actuelle où les scandales relatifs aux gens de pouvoir se succèdent à un rythme soutenu.
Xavier Boissel met en scène un policier hanté par son passé de résistant, un deuil récent, des morts multiples autour de lui et une jeune journaliste. Alors qu'il campe sur son passé, elle est ouverte sur le monde, s'intéresse aux nombreux phénomènes de société qui émergent. La musique est très présente à travers le jazz qu'écoute Marlin, seul remède, avec l'alcool, pour éloigner quelques temps ses fantômes.
Un style direct, très vivant, une écriture tonique servent une intrigue subtile dans la bonne tradition du roman noir cher à nombre d'auteurs d'outre-Atlantique. Avant l'aube se lit avec passion pour découvrir ou redécouvrir une époque déjà fertile en événements crapuleux.

Citation

Il faisait partie d'une association de soutien à de Gaulle avec d'autres copains à lui. Ils se retrouvaient au Gavroche à Pigalle, pour les 'opérations coups de poing', comme ils disaient.

Rédacteur: Serge Perraud dimanche 15 octobre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page