Tabous

Carol était pétrifiée. En face d'elle, Hitchcock affichait son masque marmoréen. Elle le voyait comme le juge qui condamne à mort Grace Kelly dans Le crime était presque parfait.
René Bonnell - Hitchcock, roman
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

Tabous

Enlèvement - Faits divers - Domestique MAJ jeudi 30 novembre 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8 €

Danielle Thiéry
Paris : J'ai lu, octobre 2017
416 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-290-14719-1
Coll. "Thriller", 11854

Que de lourds secrets !

La commissaire Marion est déjà venue il y a quelque vingt ans à Bordeaux et sa région. (Mises à mort – J'ai lu n°11270). L'intrigue, cette fois-ci, repose sur la maltraitance des enfants, sur les pulsions, les comportements sexuels autres qu'hétéro. La romancière met en scène ces secrets générés par de tels tabous, les drames et traumatismes qui en découlent. La société préférant le silence à une mise au grand jour qui permettrait la dénonciation d'actes odieux ou de laisser vivre chacun selon ses élans. Ce roman est d'autant plus remarquable avec l'actualité relative à cette chape de silence qui vole en petits éclats sur le harcèlement et les contraintes sexuelles.
Hagard sur un scooter volé, les vêtements imbibés de sang, Truc tente de trouver un abri. Dans l'obscurité de la forêt landaise, il heurte un obstacle, tombe. La roue avant est voilée. Il a percuté une vieille femme, morte. Le temps qu'il réalise, il entend un bruit de moteur, voit des phares qui se rapprochent. Il traine le corps, le scooter et le sac à main dans le fossé. C'est en fouillant ce sac qu'il trouve l'adresse. Il s'y réfugie. Alix de Clavery, experte psycho-criminel, travaille sur un rapport à l'Office Central pour la Répression des Violences faites aux Personnes, quand Edwige Marion, sa patronne, la convoque. L'Office est sollicité par la police judiciaire de Bordeaux. Celia, une jeune mère, et Roxane, son bébé de quatre mois, ont disparu. Dans les toilettes du service de pédiatrie où elles ont été vues pour la dernière fois, on a retrouvé du sang. Marion emmène une équipe composée de Louis Zénard, son adjoint, Valentine Cara, la capitaine proche d'elle et Alix, arrivée récemment. La personnalité de cette dernière intrigue Edwige. La jeune mère disparue est la fille d'un industriel influent de la région, mariée à un Iranien dont le père possède une des plus grosses fortunes du pays. Truc, installé dans la maison, n'est pas aussi tranquille qu'il l'espérait. Celia reste introuvable alors que Roxane est récupérée, en mauvaise santé, dans un bac de linge destiné à partir à la laverie. Les grands-parents veulent récupérer l'enfant par tous les moyens. Alix se trouve en première ligne pour essayer de comprendre les attitudes des uns et des autres. Les coups de théâtre se succèdent ouvrant de nouvelles pistes et le champ des horreurs...

L'intrigue se construit autour de deux parcours, Danielle Thiéry cultivant l'incertitude quant aux liens qui peuvent les réunir. Elle anime une galerie de policiers en montrant les difficultés des uns et des autres. Elle fait montre d'une belle largeur d'esprit dans la composition de ceux qui sont en couple, trouvant naturelle l'homosexualité, du moment que les individus y trouvent un certain bonheur, à défaut d'un bonheur certain. Dans ce roman, apparaît une nouvelle intervenante en la personne d'Alix de Clavery, une jeune femme, à peine la trentaine, qui n'a rejoint l'Office que depuis trois mois. L'auteur lui laisse une place importante, presque celle du personnage principal, mettant Marion, son héroïne favorite, en retrait, la gratifiant au passage de douleurs dues à son âge. Danielle Thiéry fait preuve d'une grande connaissance du corps humain, de sa physiologie et des réactions de l'organisme face à situations nouvelles. Elle évoque, à travers les différents examens auxquels se livrent tant la médecine légiste sur les corps décédés que la médecine hospitalière, les réactions biologiques et pathologiques, les conclusions auxquelles on peut arriver. Elle évoque la maltraitance des enfants, l'éducation trop rigide, les interdits qui freinent l'évolution de l'enfant. Elle cite le SDS (Syndrome d'impact des secousses), ce traumatisme qui cause un nombre de morts non négligeable chez les bébés. À travers la famille de l'industriel, elle évoque ces secrets qui se cachent, que l'on voile jusqu'à ce qu'un trop plein de ressentiments fasse éclater la vérité.
Avec Tabous, Danielle Thiéry ajoute à nouveau un grand roman policier à sa bibliographie, un roman riche de sa remarquable galerie de personnages, de la justesse des péripéties. On anticipe de futurs développements alléchants avec toutes les zones d'ombre entraperçues chez sa nouvelle héroïne.

Citation

Tu es flic, tu travailles sur les faits, moi je regarde ailleurs, autrement. Et les mères violeuses ou assimilées, c'est l'angle mort des statistiques des violences faites aux enfants. C'est ce que les spécialistes qui ne se voilent pas la face nomment 'l'ultime tabou'.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 23 novembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page