L'Affaire Léon Sadorski

- Peut-être est-ce ma façon de rembourser ma dette, dis-je. - Quoi ? - La dette dont vous avez parlé. Celle que j'ai envers le journalisme. Peut-être que c'est comme ça que je vais la rembourser.
James Siegel - Storyteller
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

L'Affaire Léon Sadorski

Historique - Guerre MAJ mardi 28 novembre 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,5 €

Romain Slocombe
Paris : Points, août 2017
480 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-6582-8
Coll. "Policier", 4640

Inspecteur La Torture

Romain Slocombe, auteur prolifique de romans, mais aussi illustrateur, traducteur, photographe, spécialiste du Japon, revient avec L'Affaire Léon Sadorski sur son deuxième sujet de prédilection : la Seconde Guerre mondiale. Paris, 1942. L'inspecteur Léon Sadorski est, en plus d'un mari aimant, un fonctionnaire modèle au sein de la 3e section des Renseignements Généraux. Il est en charge d'identifier et d'arrêter les personnes juives, scellant ainsi leur destin vers Drancy puis les camps de concentration français et allemands. En plus de ses résultats exemplaires, il aide parfois ses collègues à déjouer des attentats terroristes, espérant ainsi être reconnu par ses chefs et promu au grade supérieur. Malgré un patronyme qui prête à confusion et des origines alsaciennes et polonaises, ce natif de la Tunisie est profondément antisémite, et n'hésite pas à abuser de ses prérogatives de flic pétainiste auprès des citoyens juifs pour son propre profit (pots de vin, costumes sur mesure, nourriture...). Mais la vie tranquille de l'inspecteur est chamboulée lorsqu'il est arrêté par des SS et emprisonné en Allemagne. Sa détention musclée prend fin lorsqu'il accepte de devenir un indic pour la Gestapo et de retrouver une ancienne maîtresse suspectée par les Allemands d'être un agent double...
Romain Slocombe mêle la grande Histoire et le quotidien d'un policier français aux mœurs et aux actes répugnants. Un salaud parmi tant d'autres, et même bien pires. De cet entrelacs naît une fresque monumentale (L'Affaire Léon Sadorski est le premier volume d'une grande série) dont les personnages, les faits racontés ont presque tous une réalité historique. Un travail de recherche gigantesque (voir l'impressionnante "Note Bibliographique" à la fin du livre) pour immerger totalement le lecteur dans le Paris occupé, une écriture aiguisée, quasi cinématographique pour l'imprégner de l'ambiance, de la mode, des couleurs, des odeurs du Paris occupé... La question qui se pose alors est : comment réagir à la lecture de cet ouvrage ? L'auteur ne nous donne pas d'indices, il énonce impartialement les faits tels qu'ils se sont réellement produits, décrit en toute objectivité les actes avérés des représentants du pouvoir. Entre les policiers à l'instinct de survie exacerbé qui tombent dans la spirale nazie et les monstres sanguinaires sans aucune conscience, où se situe l'ambigu inspecteur Sadorski ? Peut-on trouver une once d'humanité en cet horrible personnage ? Peut-on comprendre ? C'est sur cet équilibre instable, ce questionnement inconfortable que repose ce récit tant passionnant que perturbant.

Citation

La vie l'a trahi, lui Léon Sadorski, le fonctionnaire français honnête, désarmé, on l'a insulté, rudoyé, traité de tranche et de pauvre type. Putain de vie de merde, comme dirait Lafont.

Rédacteur: Carine Bach mardi 28 novembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page