Peur panique

Tu vois, on peut imaginer mille choses, c'est encore autre chose qui arrive.
Pascal Garnier - Lune captive dans un œil mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Policier

Peur panique

Psychologique - Attentat MAJ dimanche 25 février 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jeffery Deaver
Solitude Creek - 2015
Traduit du par Pierre Girard
Paris : Les 2 terres, octobre 2017
512 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84893-265-1

Perte de repères synergologiques

L'agent spécial du FBI Kathryn Dance, experte en synergologie (elle déchiffre le langage corporel), se retrouve suspendue après un échec cuisant lors de l'interrogatoire d'un certain Serrano, qu'elle déclare innocent alors qu'un autre témoin l'identifie comme un dangereux tueur. La voilà reléguée à des tâches subalternes, en l'occurrence vérifier des permis après un tragique accident dans la petite ville de Solitude Creek : un incendie dans une salle de concert qui a fait de trop nombreux morts. Un camion bloquait la sortie de secours, et il reste bien des zones d'ombre avec une interrogation majeure : qui a crié au feu, provoquant une panique généralisée et meurtrière ? Son enquête personnelle amène Dance sur la trace d'un certain Antioch March, qui prépare d'autres attentats semblables. Mais il n'est qu'un simple employé... Qui peut avoir intérêt à semer ainsi la panique ?
Parmi les prétendants au trône détenu pour l'instant par James Patterson, ou plutôt qui tentent de récupérer les miettes, Jeffrey Deaver, surtout connu pour sa série consacrée à son personnage de Lincoln Rhyme (interprété par Denzel Washington dans Bone Collector — et dont il reste encore pas mal d'inédits) est loin d'être le pire, du moins dans les limites balisées du thriller industriel. Apparue dans Clair de Lune, l'agent Kathryn Dance a désormais droit à sa série dérivée. Voyons : des chapitres courts mêlant la vie privée du personnage à deux affaires parallèles, une action majoritairement en dialogues pour ne pas déstabiliser les habitués des sacro-saintes séries télévisées de qualité moyennes (cœur de cible de ce genre de roman), tueur impitoyable et tout et tout, style purement fonctionnel (mais pas exsangue comme chez Lisa Gardner), doucement réac (on a le droit au couplet sur ces vilains jeux vidéo qui poussent les gens au meurtre), un mobile final à la fois inattendu et dans la logique actuelle, et inutile de dire qu'on ne s'embarrasse guère de style, de littérature prise de tête ou de psychologie. Bref, les arguments qui ont fait jadis les petits dime novels à quatre sous, mais qui se retrouvent aujourd'hui dans des pavés vendus à prix hautement déraisonnables. On peut présumer que le public visé y trouvera ce qu'il cherche. Pour la fraicheur et l'inventivité, il faudra chercher dans la petite pile du fond derrière les têtes de gondole...

Citation

La plus grande partie du travail de Kathryn Dance ne consistait pas à détecter les tentatives de tromperie chez des suspects ; elle consistait à aider les témoins à faire resurgir des souvenirs utiles aux enquêtes.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 25 février 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page