Il ne faut jamais faire le mal à demi

Je n'ai pas le temps de vous faire un dessin. Au 5e siècle avant J.-C., les Athéniens, ayant subi les excès d'un tyran, le bannirent. Quand il revint avec une armée de mercenaires, ces mêmes citoyens lui ouvrirent les portes de la ville et ne bronchèrent pas quand il exécuta les dirigeants. La même chose arriva il y a huit ans dans une ville du nom de Indian Falls. Je dois la vie à l'intercession d'un femme de réputation douteuse et à une bague qui avait appartenu autrefois à ma mère. Mais je n'ai plus de bagues.
Fred Zinnemann - Le Train sifflera trois fois
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 janvier

Contenu

Roman - Policier

Il ne faut jamais faire le mal à demi

Social - Enlèvement - Disparition - Trafic MAJ mardi 29 mai 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Lionel Fintoni
La Tour-d'Aigue : L'Aube, août 2017
338 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8159-2200-5
Coll. "Noire"

Voie de garage

Ici, maintenant, pas loin de chez vous, on enlève et on tue des enfants. Des enfants, oui, mais pas n'importe lesquels : des roms, ces damnés de la terre dont tout le monde se contrefiche. Il faut qu'un ex-médecin légiste reconverti dans l'humanitaire se tourne vers le capitaine Alain Dormeuil, flic revenu de tout et du reste, pour que quelqu'un s'intéresse à la question. Or il apparaît que les enfants roms ont peur, mais personne ne veut parler à des autorités vues à tort ou à raison comme hostiles. Même lorsque les enfants sont parfois retrouvés avec des morceaux en moins... De plus, quel rapport peut-il y avoir avec un paisible commerçant arabe et son fils, tous deux travailleurs et un peu magouilleurs, qui voient d'un mauvais œil les islamistes gangréner leur entreprise de camionnage ? Et puis il y a cette clinique spécialiste de la réparation de la vertu des riches héritières arabes un peu trop occidentalisées lorsque vient la perspective d'un mariage...
Il est heureux de voir qu'il y a encore des éditeurs établis ayant le courage de publier des premiers romans de ce genre. Et pour celui-ci, on ne pourra reprocher à Lionel Fintoni un quelconque manque de souffle : trois cent trente pages bien tassées où se mêlent de nombreux personnages bien campés occupant toutes les strates de la société, et pas forcément les plus reluisantes, à travers plusieurs affaires enchevêtrées. Si l'on devine vite les enjeux, c'est la façon dont se tient ce puzzle admirablement construit qui impressionne, sans jamais que l'on tombe dans l'exercice de style. Le tout avec une langue très travaillée, d'une précision de sniper, mais peut-être, si l'on veut pinailler, encore un peu froide là où on aurait aimé un poil plus de chair. En tout cas, avec ce premier roman réussi, Lionel Fintoni entre dans le polar par la grande porte. Et l'on se prend à attendre son deuxième roman...

Citation

Il allait travailler dans les égouts de la société, comme les éboueurs, les vidangeurs, les vide-merde. Il savait que la société aurait pour lui la même estime que pour ces professions et lui infligerait le même traitement qu'aux égoutiers.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 29 mai 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page