Laisse-moi en paix

Au fond de moi ça me tracassait cette affaire-là, parce que je savais que d'une façon ou d'une autre y avait un prix à payer. Même si l'État de Caroline du Sud percevait pas ce prix, tôt ou tard Dieu s'en chargerait.
Ron Rash - Un pied au paradis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Laisse-moi en paix

Psychologique - Énigme - Domestique MAJ lundi 08 octobre 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Clare Mackintosh
Let Me Die - 2017
Traduit de l'anglais (Irlande) par Françoise Smith
Paris : Marabout, mars 2018
384 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-501-12264-1
Coll. "Thriller"

Autant en emporte le lent

Anna Johnson a tout pour être heureuse : une petite fille qui vient de naître, un mari aimant... Sauf qu'un drame a entaché sa vie : un an plus tôt, son père Tom, vendeur de voitures d'occasion prospère, s'est suicidé, suivi de peu par son épouse Caroline. Tous deux se sont jetés dans l'océan du haut d'une falaise, et la mer a emporté les corps. Tous deux avaient un problème de boisson, mais cela ne suffit pas à expliquer leur geste. Or Anna reçoit une lettre disant : "Un suicide ? Détrompe-toi." Ce qui lui suffit à conclure qu'il y a eu meurtre(s). Mais qui a été assassiné ? Sa mère, son père, ou tous les deux ? Et qu'est-ce qui lui dit qu'ils sont effectivement morts ? Elle se tourne alors vers Murray, un ex-flic à la retraite, lui-même devant prendre soin d'une épouse dépressive, qui constate qu'il n'y a pas eu de éritable enquête. Et que la dame portant le nom de celle censée avoir prévenu la police après voir assisté au suicide de Caroline n'a jamais mis les pieds sur cette plage...
Voici un roman qui empreinte tant au suspense psychologique qu'au thriller domestique, où le bonheur d'un jeune couple (forcément de la classe moyenne) est menacé par un élément extérieur. Le tout accroche grâce à une écriture sensible et travaillée, à peine gâchée par quelques effets faciles (l'héroïne décidant soudain qu'il y a eu meurtre et qu'elle va trouver l'assassin sur la simple foi d'une lettre anonyme). Mais que tout ceci est lent ! Le moindre rebondissement se doit d'être étiré sur des pages et des pages, certaines étant consacrées à des éléments qui n'ont pas grand-chose à voir avec l'intrigue (le rapport des personnages avec l'alcool). Clare Mackintosh semble par certains côtés désamorcer les codes du genre (non, le gentil toutou n'est pas là pour se faire massacrer après le nombre syndical de pages requises, et sans trop déflorer, habituellement, dans ce genre de romans, le mari et/ou le père sont forcément coupables de quelque chose), mais au final, la solution s'avère bien plus simple que tout ce qui l'a précédée. Et que dire d'un sursaut final tiré d'un chapeau... Mais, apparemment, s'il faut en croire la quatrième de couverture, cela suffit pour finir numéro un des ventes...

Citation

Murray était arrivé à la conclusion que les gens sont manichéens. À leurs yeux, on est malade ou bien portant. Fou ou sain d'esprit. Le problème de Sarah, c'est qu'elle échappait aux définitions simplistes, ce que les gens avaient du mal à gérer.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 08 octobre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page