Gaufre royale suivi de Marcel Bovary ou l'épreuve par neuf

La vie d'une personne ne se trouve pas dans ce qu'elle laisse derrière elle, mais dans ce qu'elle choisit de cacher.
Tove Alsterdal - Tango fantôme
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 27 mars

Contenu

Roman - Policier

Gaufre royale suivi de Marcel Bovary ou l'épreuve par neuf

Humoristique - Tueur en série - Pastiche MAJ lundi 23 novembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,5 €

Max Obione
Bihorel : Krakoen, novembre 2009
196 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916330-43-3

Max nous offre une nouvelle gaufre

Les éditions Krakoen rééditent l'immense Gaufre royale de Max Obione suivie d'une nouvelle très librement inspirée de Flaubert (sic). L'occasion de redire tout le bien que l'on pense de Max Obione. À l'époque de sa sortie, édité sans la nouvelle, j'avais été enthousiaste. Je le suis resté. Encore plus avec ce supplément délectable. Le Havre et puis la mer comme un mauvais reflux gastrique. Abel, deux mètres et quelques cent cinquante kilos, fait la queue pour se payer une gaufre sur la plage. En attendant sa gaufre, il rêvasse. À la visite qu'il vient de rendre à sa mère dans un mouroir insalubre, aux blouses à fleurs sur les marchés de cabillauds... Abel est détective privé. Il tient une agence d'éclopés où les impayés s'accumulent. Des affaires d'adultère, la plupart du temps. Porte de la Chapelle qui plus est : les clients n'ont pas un rond. Alors il exploite cette clientèle jusqu'au trognon, revendant aux deux parties les clichés compromettants… Mais aujourd'hui il est tombé sur une vraie Affaire : un avocat en vue lui a offert un beau magot pour rouvrir une affaire qu'il avait foirée. Un homme est en prison, il s'agit de l'innocenter. Abel a enquêté comme il le pouvait. Mais il sait qu'il lui manque l'essentiel : le témoin imparable. Alors en attendant de se gaufrer, il se remémore ses recherches, femmes de ménage exploitées jusqu'à la limite du tolérable, ou ce maître à penser du patronat français, d'Archincourt, qui ne veut pas voir l'affaire réouverte. Une idée lui vient : D'Archincourt n'exerçait-il pas son droit de cuissage sur sa femme de ménage ? L'instinct du propriétaire. Mais elle est tombée enceinte. L'enquête avance mine de rien, tandis qu'Abel songe à la fête qu'il va s'offrir, nous offrant au passage un savoureux moment d'écriture sur l'art de la gaufre. L'enquête est du reste tout près de trouver sa conclusion. La mer est sale au loin, hostile, mais la fille qui sert les gaufres… Beverly ! Son témoin ? Tous les personnages défilent brusquement dans ce moment où tout s'éclaircit. À commencer par D'Archincourt, qui vient de publier un nouveau best seller : L'Insupportable facture sociale. Mais au final, personne ne voudra accorder le moindre crédit aux découvertes d'Abel…

J'avais trouvé et je trouve encore ce roman riche d'illuminations langagières, d'une drôlerie à toute épreuve, la gouaille taquine, impertinente, lumineuse. Un roman à la structure narrative incisive malgré le périlleux fil de l'attente dans une queue immobile. Travaillé par un dédoublement des voix narratives qui s'ajuste parfaitement à la schizophrénie du personnage principal, menteur, hâbleur, trouillard. Restait à prendre la mesure de la verve, du registre taillant dans le langage des gens de peu une singulière tessiture. Je n'avais pas suffisamment pris garde au fond de l'enracinement de cette facture dans la grande tradition du polar français d'avant Manchette. La nouvelle l'exhibe avec une belle conviction. Marcel Bovary l'incarne même à la perfection, ce cocu adultérin magnifique. On l'imagine en marcel, justement, au bras de sa marquise à grand décolleté et escarpins Prada, épouse du magnat des frites congelées. Marcel à bout d'humiliation soudain, se vengeant de Josiane la factrice, de son ancienne institutrice, de la Marie Tuvache à coups de chevrotine avant d'être dessoudés par les forces de police comme un con, d'avoir pris un gogo pour l'amant de son amante… Méprise fatale, ou l'art du retournement du gant, celui de Max, jouant des codes et des situations avec brio.

Citation

L'adultère est un sport sérieux.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 17 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page