Les Pêcheurs de sable

Les membres des premiers gangs ont vieilli. Ils ont créé des entreprises, des labels de rap, des sociétés de sécurité ou ont trouvé d'autres moyens de s'intégrer dans la société. Certains sont morts, tombés dans les drogues dures, d'autres sont en prison pour de longues peines suite à des braquages ou d'autres condamnations pour trafics de stupéfiants.
Yan Morvan & Kizo - Gangs Story
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Les Pêcheurs de sable

Économique - Écologique - Complot MAJ mardi 23 octobre 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Serge Nicolo
Pau : Cairn, août 2018
208 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-656-1
Coll. "Du noir au Sud", 64

Sur la plage abandonnée

Antoine Mesabki est un détective privé à Toulouse qui reçoit la visite d'une jeune femme éplorée car son fils vient de disparaître au Maroc. Elle s'inquiète car c'est un activiste politique et écologique, pour qui il est un peu compliqué de vivre dans ce pays. Avant même qu'il ne commence son enquête, Antoine Mesabki apprend la mort du jeune homme, retrouvé noyé alors qu'il faisait du surf. Seul problème d'après sa famille, ce n'était pas un adepte du surf et s'il en fallait la preuve, il détestait l'eau... À peine son enquête commencée, le détective privé reçoit la visite d'agents secrets français qui lui donnent des documents pointant du doigt la responsabilité d'un industriel spécialisé dans l'extraction de sable et travaillant au Maroc. La piste s'avère tellement fructueuse que ledit patron est retrouvé mort dans sa baignoire remplie de sable... Visiblement, plusieurs équipes se disputent le marché convoité du sable, et le jeune mort avait soulevé des lièvres qui risquaient de faire capoter des affaires juteuses.
Le roman de Serge Nicolo est limpide comme de l'eau et glisse comme du sable entre les doigts. Ponctué d'inserts journalistiques sur la nouvelle guerre économique liée au sable et surtout aux désastres écologiques que cela provoque dans l'indifférence générale - il y avait eu un très bon reportage sur Arte que l'auteur cite dans ses sources. Du coup, la sombre machination entre deux groupes qui s'entretuent pour le contrôle de la zone sableuse et les remous que cela provoque constituent l'essentiel d'une intrigue où l'on aurait parfaitement imaginé un Poulpe venu se balader. Pour le reste, la description de l'affaire est construite de manière sérieuse. Quelques péripéties transforment un long dossier documenté en une histoire classique et tranquille qui permet de montrer les tenants et aboutissants de ce trafic désastreux pour la planète, mais ces bonnes idées et un traitement honorable ne transforment quand même pas un roman sympathique en chef d'œuvre. C'est un premier roman auquel il manque un style, un premier roman qui peut se lire sur la plage en touchant le sable tant qu'il en reste encore, en profitant des derniers soubresauts de l'été indien.

Citation

De toute façon, il y avait peu de chance qu'il y ait une autopsie sérieuse. Il y veillerait. N'empêche que, pour la suite, il allait devoir jouer fin, la disparition d'un ressortissant européen, ça pouvait faire du bruit.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 23 octobre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page