Nid de vipères

On payait, on expurgeait, on expiait et on se calmait ; on culpabilisait ensuite, le cercle ne se rompait jamais et on y revenait, encore et encore.
Chaïm Helka - Nous sommes un orage sous le crâne d'un sourd
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

Roman - Policier

Nid de vipères

Humoristique - Vengeance - Chantage MAJ vendredi 26 octobre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Andrea Camilleri
Un covo di vipere - 2013
Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
Paris : Fleuve, juin 2018
240 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-09875-6
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Un meurtre, un bon repas, une belle fille

Au départ, l'affaire pourrait sembler simple : un homme abattu d'une balle dans la tête chez lui et découvert au petit matin par son fils. Il suffit de savoir qui pourrait lui en vouloir ou qui hérite. Mais les choses se compliquent car l'homme était un usurier, unanimement détesté, et était également un véritable obsédé sexuel, ayant obtenu les faveurs de nombreuses femmes, soit par ses charmes, soit par son argent, soit par des chantages qu'il exerçait. Entre les femmes, les maris ou les fiancés trompés, les débiteurs ou leurs familles, la masse des suspects est considérable. Comme si cela ne suffisait pas, voilà que le médecin légiste découvre que la victime était déjà morte empoisonnée quand on lui a tiré dans la tête. En commençant à enquêter, le commissaire Montalbano doit démêler ce sac de nœuds. C'est d'autant plus difficile qu'en même temps, il doit gérer ses problèmes habituels avec un adjoint coureur de jupons à qui il doit servir d'alibi, des papiers et formulaires à remplir dont il ne veut rien savoir, un procureur qui ne comprend rien et une compagne assez pénible. Dans ce nouveau récit, il doit en plus composer avec la fille de la victime qui lui fait du rentre dedans et avec un SDF qui squatte une grotte à proximité de sa maison et dont sa compagne s'est entichée.
Même si la résolution du crime révèlera un meurtre et un mobile particulièrement odieux et scandaleux, le récit tire cette fois du côté de l'humour, et presque du burlesque. Les démêlés de Montalbano avec les autres policiers, la façon dont il se débarrasse du procureur, les relations tumultueuses avec sa compagne : tout cela constitue une routine agréable et qui aère l'intrigue. Du coup, la restitution d'un langage particulier obtient dans ce cadre humoristique une sonorité particulière bienvenue. Pour le reste, c'est une intrigue classique, avec des personnages à présent bien ancrés dans la tête du lecteur, comme des marionnettes au profil clairement défini, avec une histoire qui se déroule sans grand heurt mais avec légèreté et bonheur.

Citation

Le proc' Tommaseo est arrivé il y a cinq minutes ; il est allé s'emplafonner contre une pompe à essence. Et comme il s'était cassé ses lunettes, après la pompe, il s'est planté direct dans un poids lourd en stationnement.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 26 octobre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page