Les Enfants de Lazare

C'est le patron. On l'appelle Le Glaçon mais il ne faut pas que ça te refroidisse.
Richard Gale - Dangereuse proposition
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Enfants de Lazare

Ethnologique - Social - Trafic MAJ samedi 27 octobre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Nicolas Zeimet
Paris : Jigal, septembre 2018
296 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37722-041-0
Coll. "Polar"

L'Angkor de mon ennemi

Lorsque le reporter Pierre Sanak croise la route d'Agathe, la musicienne itinérante d'origine cambodgienne, la "chanteuse des laveries" plutôt que du métro, c'est le coup de foudre. Or, après quelques rencontres, la nouvelle tombe : cette défunte qui a commis un suicide spectaculaire en se jetant du haut de la Tour Eiffel n'est autre qu'Agathe. Pourtant, la jeune femme ne semblait guère nourrir des idées noires. Que s'est-il passé ? Sanak découvre qu'Agathe s'intéressait de près au cas de Sokhom, un jeune Cambodgien revenu à la vie après avoir été déclaré mort. Le secret de la mort de la chanteuse des laveries se trouverait-il dans les langueurs exotiques d'Angkor et ses nombreux orphelinats ? Bien décidé à la découvrir, contre l'avis de tous, le journaliste décide de faire le voyage.
Nicolas Zeimet, l'auteur de l'ennuyeux Seuls les vautours a bien mûri. En fait, l'accroche du roman ­ "Un thriller magistral" ­ pourrait tromper : ce roman au point de départ pourtant banal mêle polar et grand récit d'aventure pour se conclure en employant une des figures emblématiques du roman populaire qu'il serait criminel de déflorer. Ce "thriller" ne s'adresse donc pas aux amateurs de récits trépidants plein de meurtres et de rebondissements. Nicolas Zeimet prend son temps pour installer personnages et atmosphère, exotisme compris, mais les uns et les autres sont assez prenants pour intéresser jusqu'au bout, même si la récit aurait pu être dégraissé. Il nous reste cependant la trame avec son tourisme à l'orphelinat dans un pays que l'on ne voit habituellement que par le filtre de l'exotisme et de sa dictature sanglante. Une trame peu ordinaire et ici bien singulière. Une trame qui a toute sa place dans un bon roman policier. C'est ce qu'a réussi Nicolat Zeimet avec Les Enfants de Lazare !

Citation

Les secouristes continuent de s'affairer autour de la victime. On entend les mots glaçants, "réa", "pouls", "pupilles aréactives". On sait que c'est la fin. Dans un instant, l'un d'eux prononcera le décès. Les radios crachoteront l'effroyable acronyme. DCD. Trois syllabes lâchées dans le vent. Personne ne s'émouvra quand tombera la sentence.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 27 octobre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page