Gueule d'ange

On ne ficelle pas une nonne pour passer le temps.
Alfred Hitchcock - Une femme disparait
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 août

Contenu

Roman - Noir

Gueule d'ange

MAJ vendredi 20 novembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14 €

Jean-Marc Pitte
Paris : La Tengo, novembre 2009
192 p. ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35461-005-0

Autopsie d'un assassinat

Le fait divers et brut : un adolescent attend patiemment chez lui ses parents, son frère et sa sœur et les abat froidement. Puis il part se promener en mobylette, appelle la gendarmerie mais il apprend que sa sœur n'était pas tout à fait morte et l'a dénoncé. Il se retrouve en prison.
À partir de ce point de départ, somme toute banal, pour un intervenant extérieur, Jean-Marc Pitte écrit un récit "autobiographique" fort et prenant. Il a réussi à se glisser dans la peau de la personne qu'il décrit, à raconter de l'intérieur à la fois ce nœud central qu'est le passage à l'acte, raconté de manière froide et tout ce qui précède et suit. Ce qui est surtout fascinant, c'est qu'il n'écrit pas un texte sur un monstre, mais sur un individu qui souffre et recherche l'amour et l'attention des gens qui l'entourent. Même après son crime, il triera dans ses remords entre les morts qu'il regrette et ceux qu'il revendique.
Mais il ne cherche pas à défendre ou condamner. Il cherche à analyser, à comprendre, à rendre vivant ce qui semble indicible, complexe. On pense au texte de Carrère, sur l'affaire Romans, qui parvient à maintenir un lien fort avec son sujet sans s'y engloutir. Le roman est maintenu sur une juste longueur, afin d'obtenir le maximum d'effet. Une vraie réussite mais qui trouvera peut-être difficilement son public.

Citation

Mes chances n'auraient peut-être pas été beaucoup plus grandes, amis il serait toujours resté un doute ? la théorie du crime de rodeur, du massacre mystérieux aurait pu être défendu.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 18 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page