À la frontière

Le corps nu d'Anne-marie se balançait au-dessus du lit.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Nouvelle - Noir

À la frontière

Fantastique - Psychologique - Social MAJ vendredi 02 novembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14 €

Cendrine Bertani
Plombières-les-Bains : Ex æquo, juillet 2018
160 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37873-444-2
Coll. "Blanche"

Dans l'agréable et dangereux entre-deux

Même dans l'art de la nouvelle, il y a une notion de construction. Cendrine Bertani s'y prête en situant ces différents textes à l'intérieur d'un cadre contraint, annoncé par le prologue et explicité dans l'épilogue. Ces nouvelles se situent dans différents États américains et sont autant de vignettes de différents cas qui s'y déroulèrent, le tout constituant une sorte de guide parallèle, une visite étrange d'une autre Amérique. Mais cette construction n'est pas artificielle et si les nouvelles se répondent peu entre elles, elles présentent cependant une correspondance avec le titre général et l'idée de voyage. En effet, l'auteure évoque par son titre générique le concept de frontière. Évidemment, les États-Unis se sont constitués avec l'idée d'une frontière sans cesse repoussée, et les textes répondent à cette problématique en repoussant, en décalant les frontières des genres ! Nous sommes, en gros, dans des nouvelles qui jouent avec le genre policier, mais le récit se décale à ses marges. Il y a bien des assassins, parfois des disparitions (la nouvelle "Mea culpa" est de ce point de vue glaçante), mais l'intrigue ne se limite pas à la description d'une action policière, avec flics ou détectives. Il est difficile d'entrer dans le détail car ce sont souvent des histoires de forme classique, c'est-à-dire des nouvelles à chute, et donc le résumé risque de déflorer l'essentiel de l'intérêt. Dans une nouvelle, par exemple, le personnage dispose d'un moyen (ou alors il le fantasme) qui lui permet de remonter dans le temps. Alors, il décide de se rendre à Londres à la fin du XIXe siècle pour photographier Jack l'Éventreur en pleine action. Mais les choses ne se passeront pas comme prévu et les transformations temporelles qu'il provoque se répercuteront de manière insidieuse dans le présent. Pourtant, le texte reste extrêmement ambigu et joue là aussi sur la marge car jusqu'à la fin nous aurons des indices qui nous prouveront que ça n'a été que le rêve d'un fou et en même temps la réalité... D'autres textes jouent encore plus sur cette notion de frontière complètement transformée. Le recueil débute avec une communauté d'enfants qui doivent faire face à une grande menace, les parents semblant avoir disparu, mais le survivalisme de ces adolescents dérive au fil de la narration pour proposer une solution fantastique ou surréelle, renouant avec le premier mythe même de la frontière : celui de l'indien et de son rapport à la nature, de son animisme. D'un point de vue stylistique, dès le prologue, le ton est donné : Cendrine Bertani va raconter des choses horribles avec le sérieux d'un guide qui décrit clairement ce qu'il fait visiter, mais avec une ironie sous-jacente, comme si personne n'était dupe de sa propre intrigue. C'est ainsi qu'un texte va être une pochade sur une jeune femme devenue une potiche dans une émission de télévision et qui s'intéresse à comment elle va essayer de la dynamiter de l'intérieur. Dans un autre, un urgentiste se retrouve confronté à un parasite particulièrement gore et essaie de sauver ses patients alors qu'il est le seul de service et sera vite débordé. Comme on le voit, À la frontière se situe à la frontière justement : récit policier, passages fantastiques ou gore, éléments de science-fiction, récits réalistes à l'américaine avec pêche au crocodile, grands espaces et motel crasseux, pour constituer un excellent recueil.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes : "On the road", "Children of Anarchy", "Auto-stop", "Alea jacta est", "Mea culpa", "G.I. Boy", "En coulisses du show", "Crocodile Barbie", "Personne ne devrait affronter 'ça' seul" & "Jack and Jim".

Citation

C'était le cran de sécurité, que son mari avait enlevé, comme si, après réflexion, il refusait de la laisser partir, avec ou sans leur enfant.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 02 novembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page