Le Semeur de mort

Les monstres étaient conduits par Bruno, le patriarche officieux, l'hercule chauve doté de tatouages et d'une moustache à la gauloise. Mais l'âme du clan – et le narrateur, dans la plupart des histoires – était Chick, le garçon à la bouche grotesque et au corps couvert de plumes
Jack O'Connell - Dans les limbes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Le Semeur de mort

Médical - Terrorisme - Scientifique MAJ lundi 10 décembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Patrick Guillain
La Tour-d'Aigue : L'Aube, septembre 2018
338 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-2937-0
Coll. "Noire"

Le polar est aussi un virus

Une expérience ou une expertise scientifique ressemblent à une enquête policière : il y a des indices, des hypothèses à mener et des preuves à fournir. Tout commence donc par une enquête scientifique. La jeune doctoresse Maud Bordet est chargée de savoir de quoi est mort un jeune migrant, retrouvé dans la nature. Très rapidmeent, elle comprend qu'il est décédé de la peste. Mais à peine a-t-elle fait cette découverte que d'autres victimes et d'autres malades de la même maladie apparaissent. Ce n'est alors plus une épidémie mais un acte de terrorisme. Un vieux policier, mis sur la touche après une alerte cardiaque, se retrouve dans un bureau, coincé à s'occuper du bioterrorisme. Cette affaire lui permet de renouer avec son vrai métier. Il lui faut trouver comment le coupable transmet le virus et, bien évidemment, qui est derrière l'affaire. Il va donc de nouveau utiliser les compétences des scientifiques pour savoir quelle est l'origine, le point de départ de ce virus. Au fil des investigations, l'on va découvrir que la première souche du virus, celle qui a servi pour préparer cette attaque, provient des laboratoires mêmes où l'on est censé les analyser pour progresser...
Patrick Guillain, l'auteur du roman, est lui-même un microbiologiste et il sait tout d'abord décrire à la manière d'un thriller une recherche scientifique. Il nous décrit de l'intérieur comment on construit un virus, nouveau, comment on le transforme pour le rendre dangereux tout en lui laissant une porte dérobée pour pouvoir soi-même être à l'abri de la menace que l'on fait planer sur les autres. Ensuite, il sait également décrire les rivalités, les haines, les problèmes et les angoisses des chercheurs, la vie dans un laboratoire où chacun tente aussi de devenir le meilleur, d'avoir le maximum de célébrité. C'est un véritable panier de crabes, décrit avec soin. Même si ce plan est très important et permet d'expliciter l'intrigue, de lui donner des ramifications internationales, Le Semeur de mort est aussi un récit policier où des enquêteurs cherchent à cerner un profil, à coincer un assassin silencieux, un homme ou un groupe qui répand la mort en aspergeant des gens avec le virus de la peste. C'est construit minutieusement, avec quelques petits apartés qui semblent pouvoir donner une autre intonation à toute l'affaire - on ne saura pas exactement le rôle de certains services secrets français dans l'histoire : sont-ils juste jaloux de l'enquête et cachent-ils des indices pour ennuyer ou sont-ils partie prenante, à un degré ou l'autre, d'une vision plus cynique ? Quoi qu'il en soit, les deux parties du roman se répondent avec soin et intelligence, et l'ensemble est de bonne facture, voire impressionnant pour un premier récit maîtrisé sur un thème peu traité par le roman policier ou le thriller, sans en ajouter dans l'aspect gore ou anxiogène.

Citation

Samuel Laveran sort du Cube. Son visage porte encore les stigmates du masque FFP2 et des lunettes de protection qu'il a portés pendant deux heures d'affilée.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 10 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page