Corps accords

Elle avait l'impression de découvrir le visage d'une autre, comme si son esprit avait pris possession d'un corps étranger.
Vanessa Caffin - Souviens-toi de demain
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Roman - Policier

Corps accords

Social - Huis-clos - Vengeance MAJ samedi 15 décembre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Anne-Marie Gaignard
Paris : Le Robert, juin 2018
384 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-321-01164-4

Vengeance tardive

Saint-Julien, 2018. La mort d'une vieille dame de quatre-vingt-trois ans n'ayant plus toute sa tête dans un EHPAD est un fait du quotidien, sauf que Geneviève Derrien a été étranglée à l'aide d'une écharpe et un "é" suivi de points de suspension a été tracé sur sa paume. Éric Javel et Frank Perreux, de la Brigade de recherche, sont mis sur l'affaire. Non seulement on n'a rien volé à la vieille dame, mais on a posé une photo sur sa table de nuit. Une photo de classe, celle de l'ancienne institutrice qu'était la victime. Celle-ci était alors une "peau de vache" de première adorant humilier ses victimes, allant jusqu'à inventer des notes négatives pour les nuls en orthographe. Or le jour précédent sa mort, Derrien a reçu la visite d'une de ses anciennes victimes : Giulia, devenue acheteuse pour une grande compagnie de parfums. Mais la vieille dame ne l'a pas reconnue, et le soir même, Giulia est partie en Amérique du Sud pour un déplacement professionnel. Il y a aussi Lucien, le fils non désiré et maltraité d'une alcoolique, Lucien aujourd'hui architecte à succès mais qui porte encore son traumatisme. Et Suzanne, la chouchou de Madame Derrien, qui à son tour a embrassé la carrière d'institutrice, mais dont le mariage avec Julien se désagrège. Tous commencent à être harcelés de mails rappelant leur passé douloureux... Et d'autres morts vont survenir, à commencer par l'un des hommes à tout faire de l'EHPAD. Un des "moins que rien" persécuté par l'institutrice a-t-il décidé de se venger tardivement de ses humiliations ? Ou bien la vérité est-elle plus prosaïque ?
Spécialiste de traités d'orthographe et de grammaire, on imagine que Anne-Marie Gaignard n'a pas a eu aller chercher trop loin son sujet de roman... Et pourquoi pas ? Qui n'a pas subi les humiliations d'une Torquemada de salles de classe ? S'il est assez facile de deviner plus ou moins le coupable, c'est plutôt la façon d'y arriver qui compte, et sans déflorer, la résolution s'avèrera beaucoup plus sordide, présentant une figure de monstre humain assez saisissante. La structure passe facilement d'un personnage à l'autre, tous intéressants et bien dessinés à défaut d'avoir ce petit quelque chose qui les fasse prendre vie hors des pages du roman. Il reste encore également un léger flou dans la gestion de ces nombreux personnages, compliquée par la quasi homonymie entre Lucien et Julien, et vu le sujet, le style pourrait avoir un peu plus de mordant. Alors si la copie ne mérite pas un 20/20, la note restera positive tout en s'assortissant d'un "Peut mieux faire" de circonstance !...

Citation

Depuis quelques années, elle met ses capacités olfactives exceptionnelles en s'impliquant dans la recherche et surtout dans l'achat de plantes rares. Elle rêve de devenir la meilleure alchimiste de la planète mais, pour l'instant, elle n'est que la meilleure acheteuse d'une grosse entreprise de transformation de plantes, dont les principaux clients travaillent exclusivement dans le secteur de la cosmétique.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 15 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page