Flic de papier

Mains dans les profondes de son pardingue à martingale, Marcel s'immobilisa au-delà du rideau de perles. Il était frais rasé, semblait reposé. Une boucle rebelle débordait de son feutre gris perle où roulaient encore quelques gouttes de pluie. Il frima autour de lui, comprit en un éclair. Il n'avait pas la tête dure. Des situations analogues, il en avait déjà rencontrées quelques-unes au cours de sa carrière. Il posa un œil amical sur Vicky dont la lèvre saignait. - ... Soir, Vic ! Content de vous revoir. Dommage que ce soit en une telle compagnie !
Auguste Le Breton - Du rififi chez les femmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Policier

Flic de papier

Disparition - Vengeance - Procédure MAJ dimanche 16 décembre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Guy Rechenmann
Pau : Cairn, juillet 2018
248 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-640-0
Coll. "Du noir au Sud"

En baguenaudant par les bois et guêrets

Anselme Viloc est un policier particulier. Ses enquêtes se construisent sur des intuitions, et ses pensées baguenaudent de droite et de gauche jusqu'à la solution finale. De toute façon, dans le présent roman, il est plutôt perturbé car lors d'une précédente enquête, il a dû travailler sur un dangereux gang international, et des membres de ce dernier, pour lui faire payer son entêtement, ont enlevé sa femme et sa fille. Sont-elles mortes ou séquestrées ? Il ne le sait pas même s'il espère encore. Et tout au long du récit, de manière de plus en plus évidente, il semble qu'il ait raison ce qui, malgré tout, le chamboule dans ses certitudes. En tout cas, le voici contacté par une jeune femme : son mari a disparu et pourtant ce n'est pas son genre. Anselme Viloc se prend d'empathie et d'affection pour la fille du disparu, une jeune fille qui passe son temps dans le jardin à regarder et jouer autour de la tombe de son chat, retrouvé mort quelques heures après le départ du père. Anselme Viloc enquête mais à sa manière. C'est-à-dire en cercles concentriques autour du disparu, dans des discussions houleuses avec son chef de service qui aimerait le voir prendre des chemins plus conventionnels et surtout plus "rentables" pour le commissariat et ses statistiques. Peu à peu, tout en obtenant des informations supplémentaires sur ce qui est arrivé à sa famille, Anselme Viloc va découvrir lentement mais sûrement, par des chemins de traverse, la vérité sur cette disparition. Le lecteur doit être patient avec ce policier atypique qui mène son enquête de manière étrange, tournant autour du pot, prenant son temps, passant du temps à discuter d'éléments qui semblent sans aucun rapport mais qui dessinent une sorte de carte mentale qui lui permet de remonter les fils, comme les petits détails chez Columbo ou les astuces dans les images de petites bandes dessinées qui existaient dans le temps afin de laisser le lecteur découvrir la solution d'une enquête sur une page ("Les Enquêtes de l'inspecteur Ludo", par exemple). une série particulière donc qui pourrait décontenancer les amateurs ou, au contraire, leur offrir, une version alternative du récit policier. C'est à la fois plaisant à lire et distrayant.

Citation

Mais revenons à nos moutons, le maigrelet délateur s'est bien rincé le gosier, a fait quelques pas dans le bureau, il ne fume pas, tant mieux. La voix claire, il peut continuer et je vais bientôt découvrir le pot aux roses, du moins, la version grégaire.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 16 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page