Le Mage du Rumorvan

Bonne remarque, dit Skully. C'est peut-être la première étape de Darquesse sur sa route qui mène à la destruction totale. Dans ce cas, nous sommes dans un sacré pétrin.
Derek Landy - Skully Fourbery n'est plus de ce monde
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Mage du Rumorvan

Fantastique MAJ samedi 21 novembre 2009

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Jean-François Joubert
Le Plessis Robinson : Le Polar, novembre 2009
202 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35568-038-0
Coll. "Policier"

Magie noire un peu grise

De nos jours, en Bretagne, dans un petit village côtier, une maison prend feu. On découvre le propriétaire, un handicapé, mort dans les flammes. Mais des indices laissent penser qu'il s'agit d'un crime : les chiens de la victime ont été découverts assassinés et l'handicapé lui-même a eu la gorge ouverte ! L'inspecteur Lavigne est envoyé pour enquêter mais il se perd dans des détails, voit des suspects qu'il aime bien, discute avec un journaliste, a des problèmes de voiture, demande des écoutes téléphoniques pour des suspects qui sont morts. Il est surtout perturbé car le mort était un "mage, un rebouteux et il flotte comme une odeur de sorcellerie autour de l'affaire.
Le seul indice probant qu'aura d'ailleurs l'inspecteur lui viendra sous forme d'un rêve. Tout cela tourne en rond, ponctué par le portable de l'inspecteur qui permet d'entendre régulièrement le même extrait d'une chanson de Souchon, Poulailler's Song (que l'auteur estime peu connue).
Il existe parait-il un proverbe chinois qui dit que l'on est un homme si on a planté un arbre, eu un enfant et écrit un livre. Mais si cela crée un homme, cela n'en fait ni un père, ni un pépiniériste, ni un écrivain ! Il ne suffit pas d'aligner des phrases pour être écrivain, de redire une dizaine de fois la même chose pour être un styliste, ni de détailler une pêche ou un accident de voiture pour créer des péripéties.
L'inspecteur a un seul témoin qui dit avoir vu un curé sortir de la maison et il n'arrive pas à voir le prêtre avant les dernières pages. Sans parler du final à la limite de l'incompréhensibilité. Les dialogues sonnent faux. Les péripéties sont étranges : dans l'une, l'inspecteur met une femme en garde en vue même s'il doute de sa culpabilité et s'en va et la laisse en garde à vue sans lui poser de questions... de louables intentions mais une copie à revoir !

Citation

Dans la rue un chat rayé passa et lui tira la langue

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 21 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page