Où les roses ne meurent jamais

Chaque fois qu'il travaillait sur des écoutes téléphoniques, il était fasciné par le nombre de coups de fil que les gens passaient chaque jour.
Kristina Ohlsson - La Fille au tatouage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 mars

Contenu

Roman - Policier

Où les roses ne meurent jamais

Hard boiled - Braquage/Cambriolage - Disparition MAJ lundi 17 décembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Gunnar Staalesen
Der hvor roser aldri der - 2012
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, septembre 2018
288 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-84720-871-
Coll. "Polar"

Autopsie d'une utopie

Si l'on connaît les "grands" détectives privés américains ou anglo-saxons, voire certains rares français, il en est un qui est resté extrêmement discret. Pourtant, il est de la plume de Gunnar Staalesen, l'un des premiers des écrivains de romans policiers nordiques découverts en France. Il s'agit du personnage de Varg Veum, un personnage qui a entamé depuis quelques années une longue carrière. C'est un privé dans la lignée classique, engagé dans des affaires relevant souvent du quotidien et lui permettant, avec l'appui de ses anciennes connaissances dans les services policiers, de trouver des éléments pour l'aider dans son travail. Dans Où les roses ne meurent jamais, Varg Veum va être confronté à une très vieille histoire, celle d'une jeune fille qui a disparu il y a des années et dont la prescription de l'enquête va bientôt arriver. Pour éviter que l'affaire ne tombe dans les oubliettes, la mère engage le privé pour qu'il débusque les dernières traces avant la disparition des témoins et l'oubli total. C'est l'occasion pour le détective de se replonger dans la vie étarnge des années 1970 et des utopies qui bouillonnaient à l'époque. En même temps, Varg Veum apprend que l'un des témoins de cette période vient justement d'être abattu lors d'un hold-up. En voulant savoir s'il peut y avoir un rapport avec son enquête, le détective devient la cible d'un groupe de truands. Les pistes de son enquête semblent se réduire alors que les hypothèses qui se profilent, elles, se multiplient : s'agit-il des responsables du hold-up sanglant ou bien de gangsters opportunistes ou bien encore de gens liés à l'ancien enlèvement ? Les deux intrigues bien sûr vont se trouver liées dans une histoire et un style de forme extrêmement classique et efficace. Dans cet épisode, nous suivons en parallèle les efforts du détective pour lutter contre son addiction à l'alcool, et l'enquête permet aussi une plongée dans les années 1970 et les rêves utopistes qui en découlent. S'appuyant sur un décor réaliste, sur les difficultés du monde actuel, sur les petites gens, et l'angoisse de cette mère qui veut croire que sa fille est encore vivante, près de trente ans après les faits, le récit de Gunnar Staalesen est particulièrement intéressant et constitue une bonne variation autour d'un détective attachant à suivre, témoin du quotidien norvégien.

Citation

Il ya des jours où vous êtes à peine présent dans votre vie, et celui-là en était un. Assez éméché, je somnolais à mon bureau lorsque j'entendis claquer un coup de feu sur l'autre rive de Vägen.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 17 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page