Amère Méditerranée

Les finances sont au plus bas, mon cher Watson. Il ne me reste plus que dix livres et trois shillings. Je n'ai même plus de faux billets puisque j'ai fourgué les derniers à ce fameux Midget. Quand à mon compte en banque, il est aussi sec que le désert de Gobi.
Bob Garcia - Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Noir

Amère Méditerranée

Social - Immigration clandestine - Insulaire MAJ mardi 18 décembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Philippe Georget
Serres-Morlaàs : In8, juin 2018
464 p. ; 21 x 12 cm
ISBN 978-2-36224-090-4

Accueillir la misère du monde

Une petite île en pleine Méditerranée. Une petite population où tous se connaissent et où vit tranquillement Louka Santoro, un journaliste qui préfère s'occuper des modestes affaires de son île plutôt que de se confronter à la concurrence et à la surenchère du continent européen tout proche, et qui savoure la vie avec ses amis pêcheurs. Une vie simple et tranquille, donc, uniquement troublée l'été par les touristes ? C'était le cas il y a quelques années, mais aujourd'hui, avec les migrants, tout devient compliqué. Le lycée où Louka Santoro avait étudié a fermé ses portes faute d'assez d'élèves, mais il n'a pas tardé a réouvrir comme centre de rétention pour clandestins échoués sur la plage. Des clandestins qui ont au moins eu la chance d'être recueillis par les pêcheurs, car la mer peut être violente dans le coin, et les plages récupèrent parfois des corps ou des débris qui rappellent que des bateaux coulent au large. Lorsqu'une nouvelle vague d'émigrés arrivent, Louka Santoro prévient son ancienne petite amie, qui est maintenant une grande reporter sur le continent, car Fatou, une jeune et jolie réfugiée malienne, a été sauvée avec son chat. C'est évidemment l'occasion de faire un papier tire-larmes. Louka de son côté, veut prendre sous son aile la jeune femme. En fouillant l'épave du chalutier qui l'a amenée, avec d'autres réfugiés, il découvre que deux passagers ont été menottés dans la cabine de pilotage et qu'un cadavre flotte lui aussi dans la cabine, mais avec les traces d'une balle qui l'a tué. Alors qu'il mène son enquête, Louka va recevoir la visite de policiers peu amicaux : visiblement, ils voudraientsavoir si le mort qui est parti à la dérive pourrait être un ancien de Daesh. Serait-il venu pour fomenter des attentats ? Est-il vraiment mort ? Était-il en train de trahir l'organisation islamiste et venait-il pour apporter des fichiers qui lui aurait valu une amnistie certaine ? Et surtout, pourquoi des truands violents sont-ils, eux aussi, arrivés sur place à la recherche de l'une des réfugiées ? Entre les bains de soleil, la vie calme avec ses amis, Louka Santoro va devoir se confronter à la noirceur du monde afin de réussir à répondre à toutes ces questions.
Philippe Georget nous propose un roman policier et politique âpre et prenant dans le mode de la mer et des migrants. Vécu de "l'intérieur", par des insulaires qui ne se posent pas beaucoup de questions sur le besoin de solidarité. Description de la vie quotidienne, le récit alterne avec des flashbacks qui évoquent la traversée dans le chalutier et les problèmes qui s'y déroulent : malaises des émigrants terrorisés, pression et violence des passeurs, rôle d'intermédiaire de certains pour arrondir les angles. Servi par l'enquête, les questions posées et l'énigme, le roman permet de décrire avec force la situation tout en y introduisant une tension dynamique qui renforce l'intérêt. Sur un style et une enquête assez classique, Amère méditerranée montre, sans manichéisme, une situation dramatique actuelle, avec acuité et force, et rappelle que le polar est bien, aussi, un des lieux où la littérature et l'engagement peuvent se combiner pour le meilleur.

Citation

Le sang ne giclait plus par la gorge d'Abdel et son corps s'était affaissé sur le pont. Sa tête, en partie détachée, ballotait de gauche à droite au rythme des ondulations du bateau.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 18 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page