Toutes ces nuits d'absence

Nous faisons notre entrée à Stingines Castle. Le majordome prend Béru en charge. - James Mayburn, se présente-t-il. - Je ne déteste pas non plus les miennes, rétorque Béru qui croit à une saillie.
San-Antonio - San-Antonio chez les Mac
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Roman - Noir

Toutes ces nuits d'absence

Social - Enquête littéraire - Assassinat MAJ mercredi 19 décembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Alain Bron
Paris : Les Chemins du hasard, mars 2018
282 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 979-10-97547-06-6

À chacun sa madeleine

Jacques Perrot est un écrivain qui rame pour survivre de sa plume. Alors qu'il cherche un nouveau sujet de roman, il tombe sur de vieilles photos qui lui rappellent ses premières amours. Il fut l'amant d'une jeune bourgeoise libre de corps. Après une dispute, car elle s'offrait visiblement à de multiples partenaires, Jacques est parti en claquant la porte et quelques heures plus tard, elle était retrouvée morte. Du coup, cette mort qui remonte l'obsède et il y voit aussi l'occasion d'un roman intéressant. Il se rend donc dans la ville de sa jeunesse et s'acoquine avec une jeune journaliste afin de dénicher les informations nécessaires. Là, il va aller de surprise en surprise. Il découvre qu'il fut de loin l'un des suspects potentiels, surnommé l'homme au vélo jaune, car personne ne connaissait son vrai nom, mais que le commissaire chargé de l'enquête a toujours écarté les éléments qui pouvaient conduire à lui. Ensuite, à cause d'une indiscrétion, les habitants apprennent qu'il est revenu aussi pour enquêter, et il est l'objet de menaces de mort, qui seront suivies d'attaques frontales. Certains veulent sans nul doute encore garder la chape de plomb sur cette vieille affaire.
Le récit d'Alain Bron est éminemment classique, autant dans sa forme que dans son fond. Il nous permet de suivre facilement le personnage central dans sa quête et son retour aux origines. Il y aura bien un dénouement avec une explicitation de ce meurtre, mais l'essentiel de l'intrigue consiste dans cette recherche, dans ce travail de mémoire, de retrouver son passé et d'y comprendre des choses. Il y a à la fois une évocation politico-sociologique des années 1960, des réflexions sur le temps qui passe et les impasses que chacun peut vivre, sur les bifurcations qu'a prise la destinée. Du coup, Toutes ces nuits d'absence dévide bien ce travail de la mémoire et le mélange de manière classique mais prenante avec une intrigue contemporaine où les rapports entre le romancier et la journaliste sont bien montrés. Tout cela crée un roman attirant, sans grandes envolées, mais bien construit et écrit, pour proposer un moment de lecture fin et sensible.

Citation

À l'époque, vous savez, on n'était pas embêtés par les avocats et tout le tremblement. On travaillait à la caresse. Les baffes, les coups de bottin dans la poitrine et les doigts tordus, ça y allait.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 19 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page