Empire des chimères

Il fournissait en hommes et en armes toutes les parties belligérantes. Ses soldats luttaient les uns contre les autres. Les vaincus continuaient à toucher leur misérable solde, les vainqueurs gagnaient des sommes supérieures.
Bernard Pasobrola - Mortelle hôtesse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Thriller

Empire des chimères

Fantastique - Disparition - Corruption MAJ jeudi 20 décembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Antoine Chainas
Paris : Gallimard, septembre 2018
658 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-277720-2
Coll. "Série noire"

Moisissures empiriques

Début des années 1980. Un petit village français. Un garde champêtre, encore traumatisé par la guerre d'Algérie, vit avec sa femme, handicapée, et s'occupe des petites affaires du quotidien. Pourtant cette routine va être troublée par la disparition d'une petite fille, à une époque où les angoisses liées aux tueurs en série et autres pédophiles sont un peu moins présentes. Comme la gendarmerie enquête mollement, le garde champêtre tente de mener ses propres investigations, malgré les cris et hurlements du père de famille qui se désespère de la lenteur des recherches. En commençant son enquête, il tombe sur un charnier de chats morts et disposés d'étrange façon. Cette découverte perturbe une institutrice à la retraite du village car elle avait vu des années plus tôt un élève effectuer un dessin qui reproduisait déjà ce "crime". Elle essaie d'en savoir plus et disparaît à son tour. En parallèle, nous suivons aux États-Unis un grand patron des industries de loisirs (dans un empire commercial qui ressemble à celui de Disney) chargé de prospecter de nouveaux marchés. Tout d'abord, un nouveau jeu vidéo qui devrait faire fureur, et dont il a confié la réalisation à son ami, un écrivain qui a quitté le monde de l'écriture pour celui plus lucratif du cinéma (et qui pourrait lui, être un double uchronique de Ray Bradbury), et qui est justement en train de travailler sur la deuxième version d'un jeu intitulé Empire des chimères. Le précédent concepteur est dans un asile de fous après avoir rêvé d'une version gore du jeu, contaminé par des champignons maléfiques et hanté par le souvenir d'une corneille morte. Mais ce n'est que le début des turpitudes d'autant que l'un des parcs à thèmes doit s'installer près du village de notre garde champêtre. Quel pourrait être alors le lien entre ces deux intrigues et ces deux lieux ? Peut-être la famille Davodeau dont l'un des frères, homme cynique et tricotant sa toile dans les cabinets ministériels, est chargé de négocier avec l'empire des loisirs pour que le parc s'installe en France, et dont l'autre frère vivote dans un petit cabinet immobilier qui pourrait servir à racheter des terres agricoles afin de spéculer. Y a-t-il également un rapport avec des experts chargés de prospecter les terrains prévus pour le parc et qui s'inquiètent de la présence d'un champignon protégé qui pourrait interdire ou bloquer durablement la construction du dit parc ?
Outre ces intrigues, le récit fluctue autour de corneilles mortes (dont plusieurs représentations parcourent les époques historiques), des hommes animaux qui se trouvent dans le jeu vidéo mais qui sont peut-être aussi une parabole sur les humains, se livrant à leurs bas instincts (cf. les raisons des traumatismes de la guerre d'Algérie) et cette omniprésence de la décomposition des terres, des corps et des civilisations (le récit se situe aussi au moment où le socialisme effectue son virage vers l'économie de marché). Traversent aussi le livre, des petites boîtes, genre boîtes de Pandore, que certains hommes récupèrent mais qui pourraient révéler des choses effrayantes s'ils les ouvrent. Entre une version réaliste, décrite avec soin, d'un petit village français avec ses rumeurs et ses rancœurs, ses paysans, ses chasseurs, son institutrice et sa coiffeuse, ses sordides histoires de fesse, les hautes sphères politico-financières et des détails qui font appel au réalisme magique (les champignons, la bestialité, des disparitions mystérieuses, des boîtes et des corneilles mortes, des sacrifices de chats), Empire des chimères est une version parfaite d'un film non réalisé de David Lynch. Antoine Chainas manie avec soin ses intrigues, les imbrique sans aucun joint visible, convoque des légendes ancestrales (y compris celle du manuscrit maudit que tout le monde aimerait posséder) et le monde des années 1980, distille des informations et laisse au lecteur le soin d'en tirer des conclusions, sans lourdeur, comme des rhizomes de "fungi" qui s'entrecroisent et se répandent sous le sol, ressurgissant aléatoirement et colonisant lentement l'ensemble. Souvent, un détail nous renvoie à une réalité autre ou à un aspect glauque de l'histoire, de manière frappante. Il y aura une résolution logique à tous les événements mais, en même temps, l'ombre d'un doute qui laisse le goût amer et agréable d'un auteur qui a su nous manipuler avec soin, porté par un style classique et puissant, pour une nouvelle aventure forte prenante et angoissante, ancrée dans une réalité que nous pouvons cerner.

Citation

Ce que tu peux être débile parfois, Alain. Les trésors n'existent que dans les films de pirates ; ici, c'est juste la boue et les chats crevés.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 20 décembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page