T comme tombeau

L'établissement était vide comme un œuf gobé.
Zolma - Adios Viracocha
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 août

Contenu

Roman - Thriller

T comme tombeau

Fantastique - Religieux - Ésotérique MAJ lundi 14 janvier 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Douglas Preston & Lincoln Child
The Pharaoh Key - 2018
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sebastian Danchin
Paris : Archipel, octobre 2018
316 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-2518-3
Coll. "Suspense"

Intrigue pyramidale

Gideon Crew consulte un énième médecin qui lui confirme qu'il n'a plus que deux mois à vivre, mais constate aussi que Glinn, son patron, a mis fin au programme EES sans daigner prévenir qui que ce soit. Pas de chance : l'ingénieur Manuel Garza, bras droit de Glinn, ulcéré par sa conduite, a enfin mis la main sur un code que son ordinateur a mis cinq ans à craquer. À l'aide de la bonne clé, ce "code Héphaïstos" indique les coordonnées d'un lieu, en l'occurrence le triangle d'Hala'ib, en Égypte, un des lieux les plus désolés au monde. Crew et Garza montent une expédition mouvementée, mais comme le désert n'est accessible qu'à dos de chameau, ils doivent faire équipe avec la géologue Imogen Blackburn, qui lance sa propre expédition. Ils ne s'attendent pas à tomber sur une oasis inconnue peuplée par une tribu immémoriale ! Crew et Garza se retrouvent préposés à la construction d'une pyramide, futur tombeau du chef de la tribu. Mais pourquoi le code les enverrait-il à la rencontre d'une simple tribu primitive ? Crew et Blackburn découvrent vite l'existence d'une tombe toute proche. Serait-ce celle d'Akhénaton, créateur du culte d'Aten, soit la première religion monothéiste de l'histoire ? Mais ce qu'ils y découvrent est plus fantastique encore...
Peut-être s'agit-il là d'une commande d'éditeur. Crew a toujours été le parent pauvre d'un certain Pendergast... Et ce n'est pas le décevant quatrième opus qui aurait pu inverser la tendance. Après ce manque d'inspiration flagrant, les auteurs reviennent à ce qu'ils connaissent : le roman d'aventures à l'ancienne, cette fois dépourvus d'éléments fantastiques (citant H. Rider Haggard au passage, le grand spécialiste des "mondes oubliés") avec pour décor cette Égypte qui semble fasciner Lincoln Child (La Troisième porte s'y déroulait déjà). Inutile de dire que s'il n'y a rien qui fasse grincer des dents, la crédibilité est quelque peu malmenée (Crew embobine un peu facilement tant Glinn que les officiers égyptiens qui sont bien vite convaincus !) Et, bien sûr, la façon de traiter une tombe perdue depuis des millénaires qu'il suffit d'ouvrir sans la moindre précaution relève plus d'une péripétie d'un Tomb Raider et fera sourire quiconque a des notions basiques d'égyptologie... La différence, c'est que Preston et Child font renaître leur jubilation typique et communicative de jouer avec des codes du roman populaire qu'ils connaissent sur le bout des ongles, le tout à un train d'enfer avec des touches d'humour bienvenues (certains dialogues sont particulièrement savoureux). On regrettera aussi (sans trop déflorer) une ellipse finale un rien frustrante : aveu d'impuissance ou façon d'enflammer l'imagination du lecteur, à chacun de décider. La conclusion à rallonges évite de préciser s'il s'agit bien du dernier épisode de la série (après tout, Crew est censé n'avoir plus qu'un mois à vivre), mais on le sait, les héros populaires ne meurent jamais vraiment... À suivre ?

Citation

Ce phénomène, également connu sous le nom de 'brouillard du désert', est très présent à de rares endroits, en particulier le désert d'Atacama, en Amérique du Sud, ou celui de Namibie en Afrique. Le fonctionnement en est connu : l'air humide en provenance de la Mer Rouge, bloqué par les montagnes, s'élève en altitude jusqu'à former une brume de condensation. Ces brouillards se concentrent dans les vallées montagneuses et viennent alimenter en crachin des écosystèmes miniatures. On s'en doute, ces brumes ne facilitent pas la prise de vue aérienne ou satellitaire.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 14 janvier 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page