Le Carnaval des vampires

Tout n'était que mensonge. Les mensonges de Will, les siens. Elle ne pouvait plus rejeter la faute sur Emma ou sur Barbara. C'était elle qui avait fait entrer cet homme dans leurs vies.
Fiona Barton - La Coupure
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Carnaval des vampires

Fantastique - Historique - Complot MAJ lundi 28 janvier 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Olivier Barde-Cabuçon
Arles : Actes Sud, mai 2018
374 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-330-09660-1
Coll. "Actes Noirs"

Venise, les vampires, la décadence

Le chevalier De Volnay, commissaire chargé des affaires mystérieuses à Paris, et son père, un moine, se rendent à Venise où ils seraient les héritiers d'une vénérable famille locale. Là une ancienne fiancée attend également le chevalier mais elle a sans doute refait sa vie durant son absence. En même temps, il était préférable pour eux de fuir la France où des ennuis avec le roi et sa justice auraient pu les mettre en prison. Ils arrivent donc dans la Sérénissime République quelques jours avant que ne commence le fameux carnaval qui est censé durer six mois. Ils retrouvent Violetta, une jeune femme qui leur est dévouée, et qui s'occupe de leur demeure. Mais des bruits les réveillent la nuit, des craquements, l'impression d'une présence, et le moine se demande s'il ne s'agit pas de l'apparition de sa défunte femme. Cependant, ses ennuis domestiques ne sont rien à côté de ce qui les attend : un envoyé des maîtres de la république vient les voir. On veut bien les aider à échapper à la justice royale mais il convient de payer son écot en aidant la République dans une mystérieuse affaire qui commence à troubler les rues et canaux de la ville. Différents morts ont été retrouvés de-ci de-là, et les blessures font penser à des vampires. À tel point que dans certains quartiers l'on a même commencé à déterrer des morts suspects et a les poignarder avec des pieux. Les deux enquêteurs sont troublés car ils découvrent vite que les pistes sont contradictoires, et les informations qu'ils obtiennent d'une femme spécialisée justement dans les vampires compliquent encore la tache. Y a-t-il réellement des vampires ou bien veut-on juste ruiner le carnaval ? À l'inverse, n'y aurait-il pas deux groupes de vampires : l'un local qui se cache et se nourrit précautionneusement depuis des siècles, lié aux très anciennes familles et à l'empire byzantin, et l'autre plus récent et plus agressif ? Ou pire encore, y a-t-il un complot dans lequel serait impliqué l'Empire ottoman pour liquider les familles vampires associées à la défense de la chrétienté contre d'autres qui verraient d'un bon œil une alliance avec les Turcs ? Entre promenades nocturnes, jeunes filles attirantes, mais qui au milieu des étreintes vous mordent sauvagement, le rôle ambigu de Violetta et l'ancienne fiancée dont la famille a intérêt à une alliance matrimoniale avec le chevalier, sans parler de différents conflits d'intérêt entre les dirigeants de la ville qui se répercutent sur les actions et les manœuvres de chacun, tout est bien brumeux dans cette ville !
Le Carnaval des vampires et, derrière, la série d'Olivier Barde-Cabuçon, veulent aussi garder des parts de fantastique. Aussi, la résolution, même si elle présente tous les caractères d'une rationalisation certaine, laisse quand même planer le doute et différents éléments peuvent laisser penser qu'il existe réellement des vampires. Le style de l'auteur reste régulièrement assez brumeux, lui aussi, pour que toutes les interprétations soient plausibles. L'ensemble est plaisant et révèle quelques éléments intéressants, de manière historique, géographique et culturelle. L'intrigue policière est, elle, plus légère, mais l'ensemble se laisse lire avec plaisir, et ravira à coup sûr les amateurs de cette série.

Citation

En ce doux mois de mai 1760, l'obscurité s'installait, nimbant Venise d'une lueur fantomatique. Dans le clair-obscur, la ville semblait se désagréger.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 28 janvier 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page