Les Questions dangereuses

Sans un instant d'hésitation, il accéléra sa course dans un galop puissant, martelant le sol de ses sabots, traversa la piste d'un trait et, tel un cheval de course franchissant une haie, bondit, tendu, magnifique, par-dessus la barrera ! Des planches éclatèrent dans un claquement de bois sec. Son poitrail vint s'écraser sur les barres métalliques qui protégeaient les spectateurs, stoppant net sa course.
Alain Delmas - Dans l'ombre du viaduc
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 07 décembre

Contenu

Roman - Espionnage

Les Questions dangereuses

Enquête littéraire - Complot - Uchronie MAJ lundi 25 février 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 4,9 €

Lionel Davoust
Lyon : ActuSF, janvier 2019
120 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-36629-979-3
Coll. "Hélios", 116

Prendre le D'arctangente de Dumas

Lionel Davoust est un ami et, quoique affuté à la fantasy, il nous a commis chez Points la trilogie Léviathan dont je ne me suis pas complètement remis. Les Questions dangereuses est un roman de cape et d'épée prétexte à une intrigue d'espionnage dans une uchronie de l'époque des mousquetaires. L'hommage littéraire à Alexandre Dumas est flagrant alors que Lionel Davoust n'est pas grand fan du bonhomme n'appréciant guère son style parfois empesé, lié à des contingences matérielles (il était payé à la ligne). Les mancequetaires du roi affrontent leurs ennemis à coup de questions assénées grâce à un libram qu'ils portent à la place de leur traditionnelle épée. Faire couler le sang est une monstruosité. On retrouve dans l'intrigue des airs de l'œuvre originale sauf que l'anglaise Fall Leadenweather (une Milady de Winter alternative) peut changer de camp. Comme vous commencez à le percevoir, Lionel Davoust se lance dans la haute-voltige du calembour. Allez, juste un petit peu : "Léonie Lebensfreude de Légatine-Labarre, neurasthénique reine de France, accompagnée de son suivant Sisgimond Frédéric et son ami Jean Lacanne. Seront-ils sauvés par le mancequetaire D'Arctangente ?" Bref, on voit que l'auteur s'est beaucoup amusé. Son méchant, François-René comte de Spline, auteur de Mémoires d'hécatombe n'est pas sans rappeler celui des Mémoires d'outre-tombe qu'il semble ne pas avoir apprécié à sa juste valeur. Cet être infâme veut corrompre l'Angleterre en y déversant des tombereaux de ses œuvres qui rendront l'anglais inopérant, voire suicidaire. C'est de la belle farce bien montée avec beaucoup d'érudition et une imitation stylistique du maître Alexandre particulièrement réussie. Je ne résiste pas à attiser les envies d'énigmes qui servent d'armes aux duellistes de ce monde.
Bien entendu, les choses tournent rapidement mal puisque le vil faquin de notre histoire n'hésite pas à combattre du mot mais aussi du fer, le fourbe. Et que, kiwi sur le macaron, ses manipulations infâmes ne manqueront pas de sortir de son trou l'une des puissantes créatures du mythe créé par H. P. Lovecraft. L'ouvrage se termine par un très long entretien passionnant avec Lionel Davoust qui rentre dans le processus créatif de l'œuvre et en dévoile quelques clés bienvenues. Cette novella était sortie précédemment dans l'une des célèbres anthologies de chez Rivière Blanche.

Citation

Mes funestes pérégrinations oniriques ont commencé dès l'instant où j'ai découvert ces quelques vers...

Rédacteur: Jean-Hugues Villacampa lundi 25 février 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page