Otage en réanimation

Les policiers se montrèrent corrects, mais avec une certaine mauvaise humeur. Il va sans dire qu'ils avaient été formés par les Anglais.
Eric Ambler - Sale histoire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Roman - Thriller

Otage en réanimation

Psychologique - Énigme - Médical MAJ mardi 26 février 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 11 €

Pierre Sagnet
Pau : Cairn, février 2019
264 p. ; 12 x 18 cm
ISBN 978-2-35068-675-2
Coll. "Du noir au Sud"

L'amnésique adoucit les mœurs

Trois ans. C'est le temps que Pierre Jonsky a passé dans le coma. Or, à son réveil, il se découvre amnésique. Qu'est-ce qui a bien pu l'amener dans cet hôpital de Bordeaux ? Il se souvient d'une explosion, mais qui l'a provoquée ? Est-il victime ou bourreau ? Mais Pierre Jonsky peut difficilement se réjouir de ses progrès lorsqu'il constate qu'il est sous la surveillance d'une démente aux propos incohérents qui prétend vouloir se venger de sévices qu'il aurait commis durant son enfance. Il se découvre aussi une épouse et un amant jaloux qui voudrait bien le voir passer de vie à trépas. Et une authentique empoisonneuse qui trouve dans un hôpital le terrain idéal... En dépit de la sollicitude du personnel, Pierre Jonsky commence à se demander si le coma n'était pas plus confortable. A-t-il vraiment une vie qui mérite qu'il y revienne ? S'il pouvait s'en souvenir...
Voilà un premier roman de l'écrivain Pierre Sagnet dont le point de départ rappelle dans ses grands traits le séminal La mort des bois de Brigitte Aubert. Dans ses grands traits, car le personnage principal est loin d'être paralysé et ne se contente pas de subir au fur et à mesure qu'il retrouve sa motricité. La figure de l'amnésique, récemment remise au goût du jour par les Jason Bourne cinématographiques (faisant redécouvrir le roman originel de Robert Ludlum) est et a toujours été une métaphore pour les questions essentielles, voire existentielles : Qui suis-je ? Qu'ai-je été ? "Je" est-il un autre ? Quand est-ce qu'on mange ? On suit avec intérêt l'itinéraire de ce narrateur partant d'une page blanche, plus ou moins passif par rapport à ce qui l'entoure et un passé qu'il découvre peut-être pas aussi reluisant qu'il le voudrait jusqu'à une fin relativement ouverte mais satisfaisante. De plus, l'auteur étant lui-même ex-chirurgien et ex-patient hospitalier tombé dans le coma, on présume que la description du milieu hospitalier et du trouble de son personnage principal - qui porte par ailleurs le même prénom -, est fidèle !

Citation

J'ai compris qu'une femme passe me voir de temps en temps, disons au moins une fois par mois. Je n'en ai pas le moindre souvenir. Peut—on aimer quelqu'un, se marier, avoir des enfants peut-être et ne se souvenir de rien ?

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 26 février 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page