Ils ont voulu nous civiliser

Oscar partageait la fascination de Rollinat pour les déviances et se délectait du mépris qu'affichait ce dernier pour la morale conventionnelle.
Gyles Brandreth - Oscar Wilde et le cadavre souriant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 novembre

Contenu

Roman - Noir

Ils ont voulu nous civiliser

Braquage/Cambriolage - Arnaque - Crépusculaire MAJ lundi 04 mars 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8 €

Marin Ledun
Paris : J'ai lu, septembre 2018
254 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-290-15448-9
Coll. "Thriller", 11961

Tempête du millénaire

Le personnage principal de ce roman, Thomas, est un électron libre. Il effectue des petits boulots aux marges de la légalité. Il vole de-ci de-là pour des clients peu scrupuleux. Quand débute cette histoire, il a un commanditaire chez qui il vient de se rendre pour lui proposer des volailles volées. Ce dernier l'accueille mal et le paie de la même façon. Fâché, Thomas se bat avec lui et lui vole de l'argent, un gros paquet d'argent. Seul problème : ce pognon n'appartient pas seulement à son commanditaire mais également à deux voyous qui pratiquent les hold-up avec lui et se servent de lui comme banquier. Voilà donc nos trois hommes à la poursuite du brave Thomas. C'est d'ailleurs au moment où la poursuite commence qu'une énorme tempête se déclare. Et c'est bien au milieu des éléments déchaînés et à proximité de la demeure d'un vieil ermite survivaliste et étrange que les choses pourront se conclure.
Sur cette trame simple, sur ce schéma classique que l'on imagine presque sorti d'un vieux film hollywoodien (genre Key Largo), Ils ont voulu nous civiliser est un court roman qui change de point de vue au centre du texte avec une grâce évidente. Axée autour de Thomas, l'histoire devient celle d'Alezan, un vieil homme hanté par les guerres coloniales et qui refait sa vie calmement au milieu d'une forêt, attendant avec patience une sorte d'apocalypse et de fin du monde qui n'arrive pas, mais dont la tempête pourrait être le prélude. Tendu comme un uppercut, frappant juste en quelques lignes, le roman se déroule de manière implacable en entraînant le lecteur. Tout tient par la force stylistique et narrative de Marin Ledun qui conserve sa ligne droite et fonce du début au dénouement sans laisser un temps mort, sans pour autant négliger de dessiner deux personnages forts et attachants.

Citation

Alezan avisa la pelle, appuyée contre la porte du hangar. Il visualisa les deux corps, allongés dans la chambre froide. Il y avait une vieille cuve à vidange en béton qu'il n'utilisait plus depuis des années, près du poulailler.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 04 mars 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page