Du charbon dans les veines

Un amusement cruel brillait dans ses yeux gris pierre. La stagiaire se dit il nous déteste. Autant que les détenus le détestent.
Joyce Carol Oates - Carthage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 juillet

Contenu

Roman - Noir

Du charbon dans les veines

Économique - Social - Road Movie MAJ mardi 12 mars 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Richard Sourgnes
Malzéville : Territoires témoins, janvier 2019
156 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-918634-44-7
Coll. "Borderline"

Les déconnectés de Lorraine

En Lorraine, le charbon est mort, emportant avec lui toute activité économique et tous les espoirs de ceux qui sont restés pendant que les derniers mineurs sont morts, les poumons rongés par la silicose. Comme le père de notre narrateur qui a préféré la voix des études... pour pas grand-chose : il faut déjà se satisfaire d'avoir un emploi, même si ce n'est que pompiste et homme à tout faire à la station service des Bobric, la dernière du bassin, puisque tout le monde va faire le plein en face, de l'autre côté de la frontière, là où l'essence est moins chère. Un travail obtenu via son pote Aloyse dit Johnny, le génie de la mécanique, compagnon de balades à moto, ainsi nommé suite à une carrière avortée de guitariste. Lorsqu'une fille surgie de nulle part apparaît une nuit devant la station-service, c'est Johnny qui se porte volontaire pour l'emmener sur sa moto. Sauf que l'inconnue semble suivie par deux affreux dans leur 4 x 4, deux affreux qui voudraient bien savoir ce qui s'est passé cette fameuse nuit, même si Johnny reste aux abonnés absents. Les deux amis ignorent qu'ils viennent de s'embourber dans une affaire née une semaine plus tôt, à six mille sept cents kilomètres au sud de là, dans les marigots de la Françafrique...
Du charbon dans les veines est un roman court qui a l'élégance de ne pas étirer son promos et qui commence comme une "Série Noire" des années 1950 : deux amis plus ou moins paumés lunaires, un décor de désolation, une femme qu'on imagine (à tort) fatale, deux hommes de main à la mandale facile... Mais on n'est pas chez David Goodis ou Jim Thompson, et l'auteur ancre son récit dans la réalité bien prosaïque de la France d'aujourd'hui sans chercher la décalque servile. Par moment, le tout pourrait aussi évoquer un épisode du "Poulpe", tant ce vieux Gabriel Lecouvreur a marqué de son empreinte le polar moderne en tant que littérature de distraction avec un petit supplément d'âme, et nulle doute que son auteur, Richard Sourgnes, ferait une bonne recrue pour cette série. On regrettera juste une fin peut-être un peu courue avant de dégainer l'arme secrète de Richard Sourgnes : une véritable écriture sensible et prenante remplie de petits bonheurs d'écriture. Bon, la plupart des auteurs font semblant d'avoir un style pour nous vendre leurs bouquins, mais pour une fois que l'on touche aussi juste, aussi profond, sur ce qui autrement pourrait tomber dans le cliché, on ne peut qu'applaudir.

Citation

En général, je ne fais guère attention à ce qui se dit ou ce qui se passe autour de moi. Un rêveur, voilà ce que pensent la plupart des gens à mon sujet. Mais ce n'est pas ça : je ne suis pas un songe-creux, un Jean-de-la-lune. Je ne poursuis pas de chimères. Je me collette au réel et je m'efforce de m'y adapter, c'est tout. Survivre jour après jour, comme tout un chacun.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 12 mars 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page