Un seigneur en otage

En arrivant au poste de police, il se gara un peu maladroitement. L'une des roues arrière était sur le trottoir, mais il ne refit pas sa manœuvre.
Agnès Ruiz - L'Ombre d'une autre vie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Un seigneur en otage

Historique MAJ lundi 15 février 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Laetitia Bourgeois
Toulouse : Privat, juin 2007
320 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7089-5854-8
Coll. "Roman historique"
Les Enquêtes de Barthélémy et Ysabellis, 3

Ce qu'il faut savoir sur la série

Barthélemy Mazeirac est paysan et sergent de la justice du sire de Randon, dans le décor âpre du Gévaudan, des années 1360. Sa première enquête l'a lancé sur les traces d’un voleur et assassin d’un collecteur d’impôts (Les Deniers du Gévaudan). Cela suffit à le faire remarquer de son seigneur. Celui-ci lui confie alors des affaires qui, peu à peu évoluent vers des missions plus diplomatiques pour le maintien de la paix sur les terres de Randon. Il est secondé par Ysabellis, la guérisseuse du village qui devient son épouse.
Dans un cadre restitué avec une remarquable précision quant aux détails de la vie quotidienne, de la vie sociale, de la justice, Lætitia Bourgeois concocte des intrigues ciselées, en lien direct avec l’esprit de cette époque. Elle fait traverser ses histoires de personnages emblématiques de cette période et en dresse un portrait avec justesse et pertinence.

Les machinations se mettent en place !

Au XIVe siècle, les manants rendent régulièrement hommage à leur seigneur. Lors de ce rite, ils reconnaissent : "... être homme lige, justiciable, corvéable et taillable à volonté...", puis, agenouillés, ils baisent les pouces du sire. Cette cérémonie, humiliante pour tous, est détestable pour Barthélémy. C'est l'occasion d'une nouvelle joute orale à l'issue de laquelle le sergent se retrouve en entretien très privé avec son seigneur. Celui-ci lui révèle qu'il part pour Londres, comme otage, avec une délégation de nobles qui remplacera le roi prisonnier, le temps de réunir l'exorbitante rançon exigée par les Anglais. Son départ l'inquiète car sa situation est fragile. De toutes parts, des individus aux appétits inassouvis sont à l'affut, tant parmi ses vassaux que parmi les puissances ecclésiastiques. Il soupçonne d'ailleurs l'évêque du Puy, et quelqu'un de plus puissant, de l'avoir "pistonné" pour être de la délégation. De plus, il a perdu, il y a un mois, son héritier, un garçonnet de deux ans.
Le sire de Randon veut envoyer Barthélemy, avec le titre de bayle, dans le Val d'Amblavès, là où sa décision de construire un nouveau moulin soulève des remous, avec pour mission de maintenir l'ordre. Il demande, également, qu'Ysabellis aille, en tant que guérisseuse, au château de Polignac où réside son épouse, pour être à l'écoute, en observation.
Barthélemy, dans un premier temps, préfère se présenter comme un commerçant qui cherche à s'installer. Très vite, il perçoit une tension qui se cristallise sur le moulin en construction, en amont des autres moulins exploités par le prieuré.
Au château, la position d'Ysabellis est difficile. Son statut de guérisseuse la met en opposition avec le médecin officiel de la dame et son attitude libre attire l'ire de la demoiselle, une mégère qui régit la vie quotidienne. Des bribes de confidences laissent supposer que la mort de l'héritier n'est pas aussi naturelle qu'elle parait et que la santé chancelante de la dame n'est pas due qu'au chagrin. Une attaque en règle du moulin en construction amène Barthélemy à partager la geôle où sont enfermés les casseurs, rossés d'importance par les soldats chargés de maintenir l'ordre...

Lætitia Bourgeois déplace le champ d'action de ses héros et les transporte du Gévaudan dans le Velay. Dans les précédentes affaires, Ysabellis se retrouvait impliquée dans les enquêtes de Barthélemy par ses relations étroites et privilégiées avec le héros. Cette fois, c'est le seigneur de Randon, lui-même, qui la charge d'une mission différente de celle de son mari. L'auteur alterne les deux parcours qui se recouperont selon les hasards et les péripéties du récit.
Elle fait une relation très réaliste de la vie des femmes, dans un château moyenâgeux, autour de la dame du seigneur. Elle dépeint et fait ressentir l'ennui distillé au cours de ces longues journées passées à des travaux d'aiguille, cadencées par les offices religieux et les repas. Elle décrit les rancœurs, les commérages, les bassesses, les médisances, les haines de ce microcosme où le poids de la religion étouffe toute velléité de liberté.
Avec Barthélemy, elle fait partager la vie d'un village, la lutte contre la pauvreté, les petits trafics, les liens entre les habitants et leurs rapports de dépendance. Elle met en scène le système répressif de l'époque, celui d'une justice plutôt expéditive et brutale.
L'aspect économique n'est pas négligé avec les conséquences de la construction, en amont, d'un moulin qui peut amener, lorsque les eaux de la Loire sont basses, une pénurie d'énergie pour tout ce qui est en aval. Elle dévoile les manipulations, les machinations de toutes natures auxquelles se livrent aussi bien les pouvoirs civils que religieux, les uns comme les autres étant aussi avides de profits.
Avec ces éléments, Lætitia Bourgeois construit une intrigue forte, aux développements orchestrés de façon habile et fait vibrer une tension qui force à tourner les pages pour découvrir une grande histoire de la petite Histoire.

NB - Ce roman se trouve aussi au format poche (Un seigneur en otage, 10-18 "Grands détectives" n° 4308, février 2010, 7,90 €).

Citation

... J'avais pour mission de conserver l'ordre, et le pays est sur le point de se soulever. J'étais plus à l'aise en sergent, avec une mission claire et une enquête à mener.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 01 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page