Fureur assassine

Le type derrière le bureau avait un œil plus gros que l'autre, on aurait dit que ses yeux étaient en compétition pour savoir lequel éclaterait le premier et en foutrait partout sur les murs, histoire de faire gerber tout le monde.
Lorent Idir - Un nageur en plein ciel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

Fureur assassine

Psychologique - Social - Vengeance MAJ mardi 08 décembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Jonathan Kellerman
Rage - 2005
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Frédéric Grellier
Paris : Le Seuil, septembre 2009
472 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1466-6
Coll. "Policiers", 2215

Delaware de l'aware

Troy est petit, vicieux et méchant. Rand est grand, limité intellectuellement, de ceux de qui l'on dit qu'il ne ferait pas de mal à une mouche... Sauf que la mouche était une fillette de deux ans... Et qu'elle est morte. Alex Delaware est le psychologue chargé par le juge de faire une expertise des deux criminels. Huit ans après la condamnation des deux adolescents, il reçoit un appel de Rand. Ce dernier sort à peine de prison et a des choses à dire. Des choses qu'il gardera pour lui parce qu'il reçoit une balle en pleine tempe. Son complice de l'époque, lui, n'a tenu qu'un mois en prison  : retrouvé saigné à blanc, apparemment pour une histoire de règlements de compte entre gangs.
Apparemment... Parce que tout est dans les apparences  : du couple de théologiens chargé du suivi des ados à l'avocate de Troy, du père de la victime à la mère du coupable. Alex Delaware accompagne, dans son enquête, son complice de toujours  : l'inspecteur Milo Sturgis. Milo est grand, a un appétit démesuré assorti d'une devise à laquelle il ne croit qu'à moitié  : "Moi, je compatis quand ça me chante." À eux deux, ils tentent de démêler le vrai du faux, échafaudant toutes les hypothèses imaginables, faisant passer tous les protagonistes de la case innocent à la case coupable, allant jusqu'à se demander dans quelle mesure ils ne seraient pas tous coupables.

Jonathan Kellerman nous livre un cocktail de névroses, folies, perversions, vengeances et d'un peu tout ce qui peut se faire de pire dans l'esprit humain, pour tisser une toile de plus en plus serrée. Alors que le duo d'inspecteurs semblait se diriger vers une enquête relativement classique, celle-ci se révèle d'une complexité effroyable. Tous les personnages sont passés au crible de Sturgis et Delaware. Tous, mêmes les avocats, parce que "la loi est source d'ordre. Et d'une sacrée dose de désordre".

Citation

Docteur, je m'en veux de dire une chose pareille... et je nierai tout si vous le répétez... Mais certains spermatozoïdes mériteraient de se noyer avant d'avoir l'occasion de nager.

Rédacteur: Gilles Marchand mardi 01 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page