En lieu sûr

Pénétrer dans cette pièce, c'était comme voyager à rebours à travers le temps. Retourner à la misère sordide des logements pouilleux où les Rastas faisaient tourner un shilom comme un offrande sous les étoiles, emplissant leurs cerveaux d'assez de drogue pour embarquer vers une nuit de violence, voler, violer, assassiner.
Phillip Baker - Rasta Gang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Noir

En lieu sûr

Braquage/Cambriolage - Arnaque - Gang MAJ lundi 24 juin 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Ryan Gattis
Safe - 2017
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nadège T. Dulot
Paris : Fayard, mars 2019
348 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-213-70628-3
Coll. "Littérature étrangère"

Laisser une trace

Après avoir, dans Six jours, développé une intrigue flamboyante et manié une multiplicité de personnages et de voix, Ryan Gattis ouvre dans ce deuxième roman traduit de l'américain une autre perspective. Le récit se concentre ici sur deux acteurs principaux, qui se trouvent chacun d'un côté de la "barrière légale" même si très rapidement les frontières deviennent fluctuantes. D'un côté nous avons Ricky Mendoza, un serrurier qui travaille aussi pour les services fédéraux et qui ouvre les coffre-forts des différents gangs. Il est donc du côté de la Loi mais il décide de changer. Se sachant atteint d'un cancer incurable, il veut détourner des fonds pour les offrir à des pauvres gens et ainsi racheter leurs dettes immobilières (nous sommes en 2008 au début de la crise des subprimes). Il a malheureusement choisi le mauvais moment et le mauvais coffre car il pioche dans l'argent du gang de Rooster. Ce dernier lance son "bras droit", Glasses, pour récupérer l'argent. Or, Glasses est lui aussi un être ambivalent. Il vient de comprendre que derrière les trafics, il y avait surtout des criminels qui n'hésitaient pas à tuer femmes et enfants en les faisant disparaître dans des tonneaux où les corps sont brûlés. Il a décidé lui de trahir son chef et de fuir avec sa famille pour refaire sa vie. Il transmet des informations à un ambitieux chef de la police anti-drogue comme le lieu de plusieurs planques où se cachent des coffre-forts, ce qui va permettre aux forces de police de donner un coup fatal aux gangsters. Mais Ricky a lui aussi récupéré la liste et a décidé d'effectuer une tournée des grands ducs...
Le roman emboîte donc, en chapitres alternés, quelques jours de la vie de ces deux personnages, tous les deux en train de quitter un camp pour l'autre (ou de quitter un collectif pour défendre leur propre individualité), en train de se poser la question du futur et de la trace qu'ils veulent laisser. Ricky est l'aspect sombre de l'histoire : il se sait mourant et veut effectuer une bonne action, aussi en souvenir d'un amour ancien, qui rythme par les cassettes musicales qu'elle a laissées à Ricky sa propre vie. Glasses est plus dans un aspect positif : il a une famille et il veut changer de vie, quitter la mort pour reconstruire quelque chose de beau et de vivant. Les deux trajectoires s'appuient sur une histoire policière et sur une description fine et aiguisée des rapports humains, que ce soient celles d'hommes du quotidien (les rapports de Ricky avec son patron) ou de gens plus impliqués dans les actions criminelles (cet aspect reprenant certains des éléments vus dans le premier roman précité). En lieu sûr sans atteindre à la densité brûlante de son prédécesseur est un très bon roman, mené avec force, créant deux personnages qui se croisent, deux personnages humains forts et prenants. Le style de Ryan Gattis, qui sait aussi bien décrire des scènes psychologiques que des moments d'action, permet de renforcer ce focus sur les deux acteurs de cette histoire, la rendant très addictive.

Citation

C'est pas la première fois aujourd'hui que je me dis que si j'arrive à ouvrir ce coffre-fort, et si on me laisse seul avec, je prends l'argent. Pas tout l'argent. Je suis pas con. Juste une partie.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 24 juin 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page