Sans mobile fixe

Le docteur Georgette Vanderbiest vient de rendre son âme à Dieu au moment où la collégiale sonne les douze coups de minuit aux accents d'une prière juive.
Dulle Griet - Les Fenêtres murmurent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Roman - Policier

Sans mobile fixe

Social - Procédure - Artistique MAJ mardi 25 juin 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Guillaume Grivet
Colombes : Le Lamantin, mars 2019
256 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 979-10-92271-47-8
Coll. "Le Lamantin des profondeurs"

XXL

Venue des chaleurs de Marseille, la capitaine de police Barbara Martin ne passe pas inaperçue vue sa carrure de colosse... Ce qui ne l'empêche pas de bien s'entendre tout de suite avec son coéquipier le capitaine Karim Benaoud. Dès son arrivée, elle est mise sur une affaire a priori simple : une jeune femme a été assassinée quasiment en bas de son nouveau logement sur les bords du Canal Saint-Martin. Le coupable est tout trouvé : un SDF surnommé "Pervers Pépère" à cause de sa saisissante ressemblance avec le personnage éponyme du dessinateur Gotlib. Barbara elle-même ne l'a-t-elle pas entendu brailler ses anathèmes contre les bourgeois ? Des témoins ne l'ont-ils pas identifié ? N'a-t-il pas tout oublié de ce soir de beuverie ? Mais voilà : pour Barbara, lorsqu'une affaire semble trop évidente, c'est qu'il y a un os. Il y a d'abord la victime elle-même, Océane Germain, une étudiante aux Beaux-Arts sans histoires vivant seule dans son studio. Sauf qu'Océane avait une particularité : le talent. Un talent qui rendait ses toiles cent fois supérieure à celles des autres étudiants. Au point d'alimenter des jalousies ? Au point qu'un notable local lui a acheté une de ses toiles une petite fortune ? Il y a aussi ce réseau de "rencontres" louches – et tarifées – où elle traînait. Enfin, il y a Max, un autre SDF, qui sait que Pervers Pépère est innocent, puisqu'il ne l'a pas quitté le soir du meurtre. Max qui tente d'oublier un naufrage personnel. Mais Barbara cache elle-même un lourd secret qui l'a fait quitter Marseille...
C'est plutôt une bonne surprise que ce polar maîtrisé de bout en bout – au point qu'il est étonnant de constater qu'il s'agit d'un premier roman ! Certes, on est dans le roman d'enquête classique, mais selon la tradition, celle-ci, quoique satisfaisante, n'est qu'un prétexte à développer des personnages plutôt attachants, le tout dans le décor bien identifié de Rennes. Cochant toutes les cases du bon polar en tant que littérature populaire (au sens noble du terme) et décontracté, même si les sujets traités (sans déflorer, on y aborde même le transsexualisme, sujet rarement traité dans notre genre de prédilection – bien que les choses changent, cf. Enfermé.e »), Guillaume Grivet y ajoute l'ingrédient qui tue : une écriture fluide ponctuée d'un humour qui fait mouche et d'une impressionnante science de la narration, au point que l'on se prend à rêver d'une aventure de certain enquêteur octopode de sa plume en attendant le prochain épisode de ce qui se présente comme une série... Pas de doutes, on en redemande !

Citation

Debout face au jeune garçon blême qui se tassait sur sa chaise, la géante le toisait à présent depuis ses altitudes, poings sur les hanches, et il s'attendait à ce qu'elle devienne toute verte, qu'elle se décuple encore et que ses membres déchirent ses vêtements.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 25 juin 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page