L'Affaire Perceval

C'était le début du mois de décembre, le jour de la Sainte-Barbe pour être précis. Dans mon travail, on doit se rappeler ces choses. Lors des jours qui précèdent la célébration d'un saint une relique de celui-ci vaut deux fois plus qu'à n'importe quel autre moment de l'année. Et la demande en reliques ne cessait de croître, tant les gens avaient besoin d'espoir.
Karen Maitland - La Compagnie des menteurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Affaire Perceval

Social - Complot - Artistique MAJ jeudi 04 juillet 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Pascal Martin
Paris : Jigal, mai 2019
256 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-37722-068-7
Coll. "Polar"

L'ère de l'audimat

Gérard Lavaux a tout pour être heureux. Monté du Berry, il fait partie des rares élus qui ont réussi à Paris. Sous le nom (de scène) de Perceval, il tient une chronique à succès, Cool et mateur, dans une émission à succès, La Grande Tchatche, de celle que le populo aime à retrouver le soir en rentrant du boulot. Doué d'un sens de la répartie dévastateur, Perceval opère à même le terrain, à la rencontre d'une classe politique qu'il égratigne avec des saillies redoutables et redoutées. Il est connu, reconnu, gagne bien sa vie, file le parfait amour avec Sandrine (la productrice de son émission), et entretient une relation plus que privilégiée avec Aiko, femme de ménage japonaise qui ne refuse jamais de délaisser l'aspirateur pour une discussion franche ou pour lui prodiguer un massage avec finition, lequel semble être le comble du délassement pour cet homme en proie à une inquiétude chronique que des audiences à la hausse ne parviennent jamais à apaiser. Et puis un jour, à un carrefour, les freins du scooter ne répondent plus et Perceval se réveille à l'hôpital. À l'heure de l'émission, sur l'écran de télévision, Gamelin le remplace avec brio. L'édifice commence alors à se fissurer et les questions à affluer. Et si Perceval ne reprenait pas sa place à l'antenne ? Et si les politiques tenaient là leur vengeance ? Et si Sandrine l'avait assez vu ? Et si elle avait anticipé son déclin sachant qu'il ne pourrait pas monter plus haut ? Et si son accident était une aubaine ? Et si ses freins avaient été trafiqués ?...
Un titre simenonien. Un personnage principal torturé et mis à nu comme les affectionnait d'ailleurs le romancier belge. Un style simple et efficace comme un direct du gauche (ou du droit, je ne suis pas sectaire). Une intrigue sans fioriture qui ne se relâche que pour mieux se reprendre. L'Affaire Perceval est un roman qui ne se la raconte pas, mais qui se lit avec délectation. Sans terroristes islamiques et sans flics alcooliques ravagés dans et par l'exercice de leur fonction, Pascal Martin n'en délaisse pas pour autant notre époque. Au contraire, même, il lui colle au cul. La télé est désormais un membre des familles, et son monde appartient à notre quotidien. Presse people, émissions racoleuses, journalistes de comptoir, fake news, escalade du sensationnel de bazar, provoc' préfabriquée et poil à gratter qui gratte juste ce qu'il faut, on n'y échappe plus, et pire, on en redemande. Perceval est comme un poisson dans l'eau dans la France de 2019. Bienvenue dans le royaume des apparences où tous les coups sont permis pour se faire une place devant le prompteur, mais aussi pour sauver la face, c'est-à-dire en langage télévisuel pour rester à l'antenne. Le personnage principal, ses ambitions et ses angoisses sonnent juste. Ses liens provinciaux et sa vie parisienne itou. Son boulot, le joyeux monde calculateur et paranoïaque de la télé, univers déconnecté de la réalité à un point tel que celle-ci semble irréelle quand elle pointe le bout de son nez, est dépeint avec une telle vérité qu'on la croirait puisé dans un documentaire d'Arte (ben oui, j'allais pas dire de TF1 ou de M6 !). L'auteur a su nous entourer de détails, d'ambiances, et d'informations qui pourraient êtes toutes plus vraies que nature. Bref, on y croit. Et vous savez que quand on y croit, eh bien... on devient le sujet idéal pour une bonne balade !

Citation

Pour l'heure, Perceval n'a pas envie de rire. Il a du mal à se concentrer sur sa lecture. Rien à faire, ses pensées s'échappent. Cette histoire de dépression et d'acte manqué, invoquée par Sandrine, c'est du bidon. Elle a autre chose en tête. Quoi ? Ses explications sont une façon d'avancer masquée, un rideau de fumée pour dissimuler ses véritables pensées. Sandrine est coutumière du camouflage.

Rédacteur: François Legay jeudi 04 juillet 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page