Une araignée sur le plancher

Ce putain de monde est une putain de souricière destinée à remplir leurs putains compte en banque .
David Patsouris - Cognac Blues
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Noir

Une araignée sur le plancher

Psychologique - Vengeance - Guerre MAJ mardi 20 mars 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Christian Merle
Paris : Le Manuscrit, septembre 2009
200 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-304-02850-8
Coll. "Polar"

polar oedipien

Marcel est un vieux baroudeur sur le retour. Go back Bourges et ses environs. Ses racines. Où il finit par épouser Mathilde. Dont il a un fils, Bernard. Enfant Terrible qui finit par le tuer. Pour jouir de la mère. Seul. Tandis que loin de l'horreur familiale, dans une vallée africaine encaissée l'on s'inquiète encore de Marcel. L'Afrique, justement, du Nord cette fois : Hassi Messaoud dans les années 60. La France y larguait ses bombes atomiques, pour voir. Le narrateur, fils de bonne famille, se rappelle. Ici les dunes, là-bas la ville et le cancer qui lentement vous évide. Mémoire blessée d'on ne sait trop quel drame, celui de la grande Histoire défaisant les vies avec hargne et rancœur, ou bien la sienne, vaincue par une mauvaise bande – on l'apprendra plus tard. Quand ? Après la prise de service de Simone la souillon auprès de Mathilde et de son fils impudique. Après le meurtre de Mathilde par Simone qui ne rêvait que de conquérir le fils. Après l'entrée au service d'Irène auprès de ce dernier couple du cercle tragique. Irène, la sœur du narrateur. Irène, la seule aimée, à finir dans une poussière rude. Des airs d'autobiographie manifeste : un certain grain nourri des tragédies domestiques. L'auto-fiction reprisée plutôt, déboulant psychanalyse en tête dans le champ du polar après avoir emprunté le dur chemin de la connaissance de soi, du chaos oedipien. Noire faconde du récit plutôt que du roman, où le romanesque sombre dans les chausses-trappes de l'aveu, l'auteur interpellant sans cesse, tutoyant son lecteur supposé crédule pour mieux l'instruire de cette souffrance qu'il peine à surmonter. Livre-poésie en quelque sorte, où l'intrigue comparaît et s'efface devant l'énormité de ce qu'il y aurait à dire.

Citation

Cela fait douze mois que son père assassiné marine dans la cave parmi les rats.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 03 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page