L'Erreur

Et c'était là que, tous les matins, Alfieri arrivait à pieds, en traversant la Piazza Venezia, en éprouvant toujours la même émotion et la même humilité devant ce livre d'histoire monumental qui déployait fièrement le contenu de ses pages devant ses yeux émerveillés.
Fabrice Romano - Ultime SMS à Rome
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Thriller

L'Erreur

Psychologique - Médical - Domestique MAJ jeudi 08 août 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Susi Fox
Mine - 2018
Traduit de l'anglais (Australie) par Héloïse Esquié
Paris : Fleuve, janvier 2019
358 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-11802-7
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Enfantasme

Après des années infructueuses, Sasha et Mark vont enfin avoir un enfant. Ils forment un couple meurtri : Mark, qui semble être un roc, cache le traumatisme de la mort de son frère jumeau, et Sasha celui de la disparition de sa mère. Il faut procéder à une césarienne, mais le lendemain, en voyant son fils Toby, Sasha s'étonne de ne rien ressentir des sentiments d'une mère. Rien, le vide total, comme face à... un inconnu ? Et d'ailleurs, d'après les échographies, n'était-elle pas censée avoir une fille ? Et si cet enfant n'était pas le sien ? Sasha se met à errer dans la maternité à la recherche de la vérité. Pour les médecins, il s'agit juste d'un cas de dépression post-partum et ils s'obstinent pour qu'elle reconnaisse l'enfant comme le sien. Harcelée par ses doutes, Sasha finit par se poser des questions sur son état mental car après tout elle n'a rien, juste un pressentiment. Qui aurait bien pu vouloir lui prendre son enfant ? Et surtout pourquoi ?
On se méfie à raison des suspenses domestiques souvent bâtis sur le même moule où un danger extérieur menace un gentil petit couple invariablement de la classe moyenne ou aisée (comme le lectorat visé) et où le seul suspense est de savoir à quel moment le mari ou le père se révélera responsable de tout comme toujours avec ces gens-là, politiquement correct oblige. Mais ce roman qui évoque plus Nicci French que Mary Higgins Clark fait figure de surprise – au point d'ailleurs qu'on est aux limites du genre. Avec des révélations progressives sur les personnages (la forme chorale étant désormais de rigueur), le tout a un avantage que n'ont pas les livres formatés précités : un style. Certes, on fait souvent semblant d'en avoir un pour vendre du papier, mais là, l'écriture est bien présente, transformant le récit en cauchemar onirique. De plus, on est loin de la vision rose bonbon habituelle et hollywoodienne de la joie des chtits n'enfants, la grossesse et l'accouchement étant vécus comme des combats où l' auteure évoque des détails médicaux généralement passés sous silence. Le plus gros défaut est encore le titre français et la quatrième de couverture qui pose comme principe que la substitution est réelle alors que le récit joue constamment sur l'ambiguïté au fur et à mesure que la protagoniste, elle, s'avère être une narratrice pas forcément fiable (procédé toujours captivant lorsqu'il est bien employé, comme c'est le cas ici), et qui pourrait effectivement souffrir de maladie mentale, surtout avec une révélation particulièrement cruelle. Le tout jusqu'à un final plus ou moins positif mais d'une ironie douce-amère. On regrettera une légère tendance aux redondances à mi-récit, mais dans un domaine où les réussites sont rares, ce roman fait figure de bonne surprise...

Citation

La vérité ? Mes années d'infertilité sont tombées derrière moi comme les miettes de pain de Gretel et elles ont été picorées par les oiseaux. Dans mon désir éperdu d'enfant, j'ai oublié de laisser des repères pour retrouver mon chemin. Il n'était pas question que j'élève seule un enfant. En restant avec Mark, en ayant accès à son sperme, j'avais encore une chance de sortir de cette jungle hostile.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 08 août 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page