Mémoire brisée

La Justice a tranché... Pour le moment.
Emmanuel Pierrat - Les Grandes énigmes de la Justice
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Mémoire brisée

Psychologique - Énigme - Scientifique MAJ lundi 19 août 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Eugen Ovidiu Chirovici
Bad Blood - 2018
Traduit de l'anglais par Isabelle Maillet
Paris : Les Escales, mars 2019
314 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-36569-401-8
Coll. "Domaine étranger"

Autant en emporte le divan

Le docteur James Cobb est un psychologue renommé spécialisé dans les "états modifiés de conscience", soit l'hypnose. Sa carrière est néanmoins entachée par un drame : le suicide d'une jeune patiente, Julie Mitchell, bipolaire chronique qui était devenue sa maîtresse, ce qui lui a valu un procès intenté par ses parents. Un jour, après une conférence, il est abordé par un vieil homme, Joshua Fleischer. Devenu millionnaire dans les banques d'investissement, celui-ci souffre aujourd'hui d'un cas terminal de leucémie. Avant de mourir, il veut savoir la vérité sur l'événement qui le hante et qui s'est déroulé à Paris quarante ans plus tôt. En 1976, Josh étudiait à Paris, et lui comme son colocataire Abe tombèrent tous les deux amoureux de la belle Simone, fille d'un héros de la résistance. Or après un soir de beuverie, Joshua avait trouvé Simone morte à côté de lui dans une chambre d'hôtel sans qu'il ait le moindre souvenir de ce qui s'était passé. Il espère pouvoir résoudre le mystère, mais succombe à la maladie sans avoir de réponse satisfaisante à sa question. James va alors se passionner pour cette affaire dépendant d'anciens souvenirs pas toujours très fiables. Et d'ailleurs, Simone est-elle bien morte ?
Pas de doutes, en passant à l'anglais, porte obligatoire pour une carrière internationale (franchement, combien avez-vous lu de livres traduits du roumain ?), Eugen Ovidiu Chirovici s'est bien plié aux canons du genre : ce roman évoque les premiers ouvrages de la grande époque de Jonathan Kellerman. Autant dire qu'il ne faut pas s'attendre à des rebondissements et des fusillades à chaque page. Là, le terme galvaudé de "thriller psychologique" prend tout son sens, s'intéressant surtout à la vérité des êtres et à leurs rapports. Du coup, l'archétype du "triangle amoureux à Paris"(où toutes les femmes ne demandent qu'à craquer pour le premier Américain qui passe, comme chacun sait) échappe de justesse au cliché. L'auteur s'interroge avant tout sur les souvenirs, leur fiabilité (changeant d'un AUTRE cliché, celui de l'hypermnésie sélectiveTM qui veut que les protagonistes d'une affaire se souviennent au détail près de ce qui s'est passé des années, voire des décennies plus tôt pour les besoins d'une intrigue) et peuvent être déformés par le temps ou des émotions telle que la culpabilité. Par contre, on regrettera un protagoniste un peu transparent dont les mobiles pour mener une longue et coûteuse enquête sont bien légers, et son intuition pour résoudre une énigme somme toute assez simple relève du procédé. Néanmoins, ceux qui préfèrent la petite musique des sentiments à la cacophonie du thriller industriel peuvent y aller en confiance.

Citation

Quelque part dans cette grande ville scintillant comme un diamant, trois destinées s'étaient croisées et entrelacées à jamais. Qu'ils aient été réunis par la douleur ou par l'amour importait peu, les deux termes désignant bien souvent une même réalité.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 19 août 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page