Un soupçon de malveillance

J'ai fait du café, j'ai à portée de main un paquet de cigarettes et sur les genoux le fusil.
Hervé Le Corre - Derniers retranchements
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Un soupçon de malveillance

Économique MAJ dimanche 06 décembre 2009

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,3 €

Barbara Parker
Suspicion of Malice - 2000
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Mélanie Blanc-Jouveaux
Paris : Pocket, novembre 2009
506 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 9782266166089
Coll. "Thriller", 13109

Dallas en Floride

Gail Connor est une avocate. Elle vient de vivre une liaison passionnée avec Anthony Quintana, autre avocat, descendant d'une famille de Cubains. Cette liaison l'a même rendue enceinte mais elle n'a pas voulu prévenir son amant. De son côté, Anthony est resté amoureux mais il a fort à faire avec sa fille qui, elle, est tombé amoureuse de Bobby Gonzales, un compagnon de cours de danse, qu'il estime un mauvais parti.
Bobby est ami de Sean Creswell, l'héritier d'une riche famille spécialisée dans la construction de bateaux de plaisance. C'est à ce titre que Bobby se rend à une soirée organisée par la famille. Sous une façade unie, la famille Creswell est un véritable panier de crabes : le patriarche, malgré une grave maladie, ne veut pas laisser la main, les deux fils et leurs épouses respectives essayent de s'emparer de l'entreprise ou y magouillent, une des brus vit un adultère avec le chef de chantier, fils de l'ancien contremaitre et qui se croit des droits sur la réussite de l'entreprise. Le seul "innocent" est un gendre, Nathan, procureur en passe de devenir juge fédéral qui a épousé la fille du clan avant qu'elle ne se suicide pour d'obscures raisons.
Lors de la soirée une invitée pratique un striptease et c'est un travesti ! Nathan s'écarte car il ne veut pas être mêlé à un scandale qui ruinerait sa promotion. Dans les jardins, il tombe sur Bobby avec qui il partage un joint. Puis Bobby a un coup de fil et s'absente pour rejoindre son amoureuse.
Le lendemain, Roger Creswell, un des héritiers est retrouvé mort de plusieurs balles dans la peau et dans la propriété. Il s'était disputé avec Bobby, ce qui en fait le coupable désigné. De plus, Bobby n'a pas d'alibi car Nathan refuse de reconnaître qu'il était à la soirée et met au point une stratégie d'évitement avec son avocat Anthony. D'autre part, même si Bobby a passé la nuit avec une fille, il veut la protéger car son père, le même Anthony, ne doit rien savoir ! Vous en revoulez ? Bobby est retrouvé avec de l'argent qui provient du portefeuille du mort et il ne veut en expliquer la provenance.
Coup de théatre, c'est Gail qui est désignée comme avocat d'office pour l'affaire. Elle va devoir rencontrer Anthony et se mêler au clan Creswell pour découvrir la vérité.

Il est important d'insister sur les relations entre les personnages car c'est cet aspect qui est au cœur du roman. L'atmosphère policière est lointaine, comme un prétexte à la description des milieux riches de Miami et surtout aux intrigues amoureuses et financières des protagonistes. Le couple d'avocats va se reconstituer, des secrets de famille dévoilés et le coupable arrêté au long d'une intrigue qui prend plus de temps à décrire cette version de Dallas en Floride qu'à développer une enquête. Si le lecteur s'intéresse à cet aspect plus fouillé des choses, à ce mélange plutôt agréable à lire entre un Harlequin de bonne facture et quelques éléments sur la vie en Floride, il peut se procurer le roman. Si par contre il cherche une intrigue complexe, des aspects noirs et polars, voire thriller, il risque d'être foncièrement déçu lors de cette lecture.


On en parle : La Tête en noir n°142

Citation

- Il y a autre chose. La nuit où Roger Creswell est mort... Mon père dit que tu n'as pas d'alibi, mais tu en as un. Tu étais avec moi.
- Laisse tomber. Je vais pas t'impliquer là-dedans.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 06 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page