La Petite mort de Virgile

À ce que j'ai pu comprendre des conversations avec ses visiteurs, Elvis avait été l'homme des trente-six métiers. Par contre, jamais ses yeux ne se chargeaient de trente-six misères..
Alain Ulysse Tremblay - Sympathie pour le destin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 octobre

Contenu

Roman - Noir

La Petite mort de Virgile

Social - Arnaque - Assassinat MAJ mardi 17 septembre 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Christian Rauth
Riom : De Borée, septembre 2019
438 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-8129-2440-8
Coll. "Marge noire"

Quand le mort saisit le vif

Virgile Santos a tout pour être heureux : une femme qu'il aime et qui l'aime, une entreprise qui tourne. Mais tout va se déglinguer car Fortier, le riche et puissant notable de la ville, lui retire des commandes, les gens à qui il a emprunté de l'argent sont des voyous armés, et son associé Elio lui a jeté des bananes sous les pieds. Lors d'une promenade réflexive dans les bois, Virgile rencontre un homme un peu sauvage qui va lui proposer un plan pour l'aider. Comme cet homme est très malade, il suffira de le glisser dans la voiture de Virgile, de simuler un accident et de disparaître. Des amis s'occuperont des voyous et une discrète opération esthétique en Suisse permettra son départ tranquille pour le Brésil (comme Virgile est d'origine portugaise, il parle déjà à peu près la langue). Il n'aura plus qu'à patienter quelques mois et revenir chercher sa femme. Le plan marche un peu moins bien que prévu car la gendarmerie locale, dont le chef est un ami de Virgile, découvre les corps des deux voyous, et alors qu'il disparaît Virgile croise son associé qui meurt en tentant de s'enfuir devant ce qu'il croit être son fantôme. Du coup, un tenace détective privé est chargé par les assurances de venir contrôler cet accident, qui comporte beaucoup trop d'à-côtés mortels, et le brave homme tombe amoureux de la belle veuve...
Construit de manière adroite, avec des flashbacks, auxquels notre résumé a fait perdre un peu de son sel, le roman pourrait au départ s'apparenter à un roman noir de facture classique, avec une escroquerie à l'assurance. Mais Christian Rauth sait varier les points de vue, insère de manière fluide des détails sur le passé de ses personnages, crée des scènes annexes qui détournent l'histoire vers la drôlerie (un gendarme maladroit et bête qui veut entrer dans la brigade de surveillance de l'autoroute et qui s'entraine à rouler à toute allure sur les routes de montagne, une mère possessive, un club de femmes vénales qui profitent parfois de la bonté de leurs riches époux...), et crée une atmosphère spéciale, humaine, fine et sensible, qui permet une lecture très agréable d'un roman fort sympathique.

Citation

Rien n'était perdu. Les jours du détective étaient comptés. S'il avait tué deux fois et s'il était indirectement responsable de la mort de ces deux prêteurs sur gage serbes, il pouvait parfaitement liquider ce salaud. Cinq cadavres. Qui trouverait un serial killer mort ?

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 17 septembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page