Colère assassine

Ils prennent l'argent des riches, non ?
Alexandre Bonny - Les Rois du crime : le grand banditisme français
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 05 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Colère assassine

Tueur en série - Assassinat - Chantage MAJ jeudi 19 septembre 2019

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Stéphanie Exbrayat
Riom : De Borée, septembre 2019
302 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-8129-2488-0
Coll. "Marge noire"

Dans la solitude des grandes villes

Tout d'abord, il y a Rodolphe, un policier qui a perdu son épouse et qui tente de vivre en s'occupant de son fils, tout en continuant son métier. La vie est particulièrement difficile pour ce veuf coincé dans une ville. Quelques amours de rencontre, des femmes d'un soir peuvent ponctuer la solitude, mais est-ce pour lui suffisant ? Ensuite, il y a Léa. C'est une jeune femme que l'on pourrait croire terne. Pourtant sous un calme apparent, c'est une femme qui brûle et ne supporte pas l'injustice ou l'impolitesse (autant dire qu'elle est mal adaptée dans notre univers). Elle est même capable dans ce cas de péter un plomb et de se battre comme une chiffonnière. Enfin, il y a Adeline, une prostituée qui parfois recherche simplement l'amour dans les bras d'un homme qui ne serait pas un client. Mais si ce dernier la fâche, elle devient une tueuse en série qui liquide sauvagement ses proies après les avoir torturées psychologiquement et physiquement. Pour l'aider, elle s'appuie sur un "ami", proxénète de sa copine, qui l'aide dans ses chantages : elle se filme avec les clients puis parfois lorsque c'est rentable, le couple menace de diffuser les dits films. Aussi, lorsque Adeline lui demande un petit extra en la débarrassant d'un cadavre, il accepte... Logiquement, ces trois personnages ne devraient pas se rencontrer, mais la vie est étrange. Un soir, Léa sort tard de son cours de gym et devient suspecte du meurtre d'une jeune femme, retrouvée enfermée dans les toilettes de la salle, morte d'une crise d'asthme. C'est Rodolphe qui doit enquêter et qui lentement s'éprend de cette jeune femme fragile. Mais quand il aperçoit sur les murs de son immeuble des insultes à son encontre, tags laissés par Adeline qui ne fut pour lui qu'une aventure d'un soir, tout se complique. Surtout que Rodolphe se rend bien compte que le fait qu'elle soit prostituée risque de lui jouer des tours avec sa hiérarchie...
Centré sur ces trois personnages par chapitres alternés qui font monter la tension, Colère assassine réussit à maintenir un suspense honorable. Même si les personnages sentent le déjà-vu, le fait que le tueur en série soit une femme transforme (un tout petit peu) la donne. Tout s'enchaine très vite, à l'instar de l'intrigue policière parallèle sur la femme morte dans les toilettes ou sur une autre sous-histoire autour du fils du policier, mutique depuis la mort de sa mère. Ces éléments font penser que l'ouvrage se prépare à une adaptation audiovisuelle et ce côté fabriqué pèse un peu (lourdement) sur un texte qui se laisse lire auquel il manque la folie de certains de ses personnages.

Citation

Lors de ses séances chez le psy, il était très souvent question de la victime des toilettes. Léa ne se pardonnait toujours pas, mais avec le temps, le remord était moins vif, les plages durant lesquelles elle n'y pensait plus étaient plus longues.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 18 septembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page