Vaste comme la nuit

C'est comme ça que l'avenir devient un présent perpétuel. Une vie tracée, programmée, les mouvements de jeunesse, servir l'armée populaire nationale, et puis la formation universelle de la personnalité socialiste et un poste qui menait tout droit à la retraite, couronné, à l'âge de 65 ans par une permission exceptionnelle de voyager à l'Ouest...
Henryk Gericke & Michael Boehlke - Too Much Future : Le punk en République Démocratique Allemande
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Roman - Policier

Vaste comme la nuit

Social - Tueur en série - Énigme MAJ jeudi 19 septembre 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Éléna Piacentini
Paris : Fleuve, août 2019
312 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-14411-8
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Poésie noire

La capitaine de police Mathilde Sénéchal lutte toujours contre la peur, omniprésente, possessive. Est-ce l'héritage de sa mère prétendument démente ? Et ce n'est pas Adèle, sa fille adoptive, ni l'amour d'un montagnard taiseux qui changent cet état de chose. Lorsqu'elle est rappelée sur les lieux de son enfance, un village proche de Dieppe, Mathilde comprend qu'elle va devoir affronter ses démons et son histoire familiale. Il y a son père, septuagénaire lui aussi taiseux. Il y a Hortense, le dragon local au rôle trouble lors de l'occupation. Il y a cette mère enfermée en asile. Il y a cette forêt étouffante où rôde un tueur en série peu banal qui ne tue que des bêtes sauvages. Et il y a ce qu'il s'est passé trente ans plus tôt et celle qui a disparu...
À k-libre, on avait été un brin déçu par Comme de longs échos, premier roman de l'auteure au Fleuve, qui nous semblait un peu formaté. Mais là ! Éléna Piacentini semble avoir pris le contrepoint exact de ce roman pour tisser une vaste toile impressionniste et onirique qui va jusqu'à l'os des sentiments et des non-dits. Et elle nous sort son arme secrète : une langue extraordinaire qui fait de ce roman un véritable poème en prose, fracassant une fois de plus les frontières entre littérature dite "de genre" et générale. Du coup, le texte se mérite : il faut être attentif pour ne rien rater de ce canevas qui embrasse une trentaine d'années. La conclusion se devine plus ou moins dès le début pour peu que l'on soit au fait du polardement correct actuel, mais qu'importe, ce qui compte c'est la façon d'y parvenir et la puissance d'évocation de cette langue qui sait aussi brosser avec brio la nature indomptable. Un pari dont on ne sait s'il sera gagnant en ces temps de thrillers industriels formatés, mais courageux. Si les têtes de gondole y perdent, la littérature, elle, y gagne. On n'en attendait pas moins de cette auteure incapable de se conformer à un quelconque moule...

Citation

La peur est plus vicieuse qu'un collet. Une fois qu'elle t'a alpagué, si tu lui laisses mener la danse, tu es mort. Plus tu cherches à la fuir, plus son acier te rentre dans les chairs. Tu tires, elle te cisaille. Tu lui tournes autour, elle te pend.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 19 septembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page