L'Autoroute

Il croyait bien aux fantômes... Et pour sûr il croyait dans l'existence du Diable. Il avait eu assez de preuves que quelque chose de mauvais était à l'œuvre dans ce bas monde ; des hommes s'entretuaient pour de l'argent ou de la dope ou simplement parce qu'ils en avaient envie.
Steve Earle - Je ne quitterai pas ce monde en vie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 octobre

Contenu

Roman - Thriller

L'Autoroute

Fantastique - Road Movie - Horreur-gore MAJ jeudi 26 septembre 2019

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 14,9 €

Michaël Moslonka
Lille : Faute de frappe, septembre 2019
224 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-9563460-4-3

L'autoroute sauvage

Comme beaucoup de monde, Camus quitte son studio du Nord et ses dernières illusions pour prendre l'autoroute dite des vacances, espérant oublier au passage une rupture. Quoi de plus banal ? Et pourtant, dès le premier restoroute bondé, il y a cet autostoppeur perdu que personne ne veut prendre. Et un gang de banlieusards forts en gueule. Une BMW sortie tout droit de Duel. Et cette vieille dame psychopathe qui n'a rien à voir avec Mémé Cornemuse (de Nadine Monfils) et tout à voir avec la folie ambiante. Car sur cette autoroute pas comme les autres, il y a la mort. Partout. Des accidents qui n'en sont pas laissant derrière eux des cadavres mutilés. Tués par qui ? S'agit-il de "véritables" morts ? Camus n'a t-il pas plutôt pris un aller simple pour la folie ?? Mais est-ce la sienne ou celle des autres, née des pires instincts ?
Voici donc la réédition de 666e kilomètre, qui marque en même temps la naissance de la toute nouvelle maison d'édition Faute de frappe (dont le nom est absent de la première de couverture...), ce qui est courageux et louable à notre époque, surtout sous une maquette aussi soignée (avec la faute précitée). Ce roman d'un auteur vétéran, Michaël Moslonka (onze romans au compteur, tout de même), n'est pas à conseiller aux amateurs de thrillers industriels tirés au cordeau, mais plutôt à ceux qui apprécient les textes mutants touchés par l'ange du bizarre. Car ce voyage au bout de la folie emprunte tant au polar qu'à l'horreur et au fantastique à travers un jeu de massacre assez jouissif. Le tout aurait presque eu sa place dans la regrettée collection "Trash" si le sanguinolent n'était pas relativement limité, voire un hybride d'un avatar dépoussiéré des collections "Angoisse" et "Engrenage". Pour gérer un récit où le réel s'estompe et où rien n'est tel qu'il y paraît, il faut une belle maîtrise du récit, et c'est le cas ici à l'aide d'une langue simple mais efficace, sur une longueur elle aussi efficace. Un texte qui n'est pas à mettre en toutes les mains, mais ceux qui aiment la littérature décalée devraient y trouver leur bonheur !

NdR - Le roman est précédemment paru sous le titre 666e kilomètre.

Citation

Partout où Camus posait le regard, il y avait du sang. Sur les sièges. Le tableau de bord. Sur la carrosserie. Le toit. Le bitume. Les vêtements, les cheveux, les visages. Partout, bon sang !

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 26 septembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page