La Princesse et l'assassin

Leurs mains se touchent, ils se rassurent d'un baiser dans le noir, épuisés, stressés. Cela ne dure qu'une petite minute, une éternité d'angoisse avant que leur réduit ne s'ouvre et que la lumière des réverbères pénètre enfin. Elle devine que Rob se prépare au combat, bien décidé à ne pas se laisser arrêter si près du but...
Patrick Cargnelutti - Peace and Death
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Princesse et l'assassin

Tueur en série MAJ samedi 12 décembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 13,5 €

Magnus Nordin
Prinsessan och mördaren - 2003
Traduit du suédois par Max Stadler, Lucille Clauss
Rodez : Le Rouergue, octobre 2009
256 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0070-8
Coll. "DoAdo Noir"

Triste Suède

Depuis la trilogie "Millénium", on sait que la Suède n'est pas un pays idéal, au système éducatif parfait. La  Princesse et l'assassin se déroule principalement dans une banlieue tranquille de Stockholm où une nouvelle élève, Nina, arrive au lycée. Depuis plusieurs années sa famille est condamnée à déménager pour fuir de terribles rumeurs qui ont aussi affecté la jeune fille. Mais cette fois Nina semble nouer des liens prometteurs. Elle est d'abord prise sous l'aile protectrice de la richissime et capricieuse Lenita. Elle fait ensuite la connaissance de son camarade de classe et voisin Markus. Enfin, lors de la fête d'anniversaire de Lenita, Nina rencontre Jajje, le guitariste d'un groupe de rock qui connaît ses premiers succès. Mais cette nuit-là, un meurtre est commis sur un jeune homme et la vie de chacun des personnages s'en trouvera bouleversée.
Ce thriller démarre lentement, plante son décor et ses héros dans un quotidien banal avant que le drame n'éclate. Dès le début, une tension est perceptible et ne fait qu'augmenter. On ne lâche pas ce roman avant de l'avoir terminé, d'autant qu'il réserve quelques surprises. Pour mieux comprendre certains comportements on aurait besoin d'un peu plus d'explications. Dommage que les dialogues manquent de fluidité et de clarté.

Citation

La grisaille pendait comme une toile sombre devant les fenêtres.

Rédacteur: Valérie Sebag jeudi 10 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page