Tout est dans l'âme

Nous formons une grande population riche, rude, sauvage et le crime représente le prix à payer en échange, et le crime organisé est le prix à payer pour l'organisation de cette société.
Raymond Chandler - The Long goodbye
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 13 novembre

Contenu

Roman - Policier

Tout est dans l'âme

Braquage/Cambriolage - Guerre - Artistique MAJ mercredi 30 octobre 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,5 €

Jean-Pierre Ribat
Fontaine : Thot, septembre 2019
276 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-84921-507-4
Coll. "Polar"

La vie comme un tableau

Le roman de Jean-Pierre Ribat se présente avec un titre qui est un joli jeu de mots, explicité par l'illustration. En effet, l'âme est à la fois, entre autres définitions, une forme spirituelle, et un élément précis dans un violon. Ce jeu de mots correspond même à un élément central de l'histoire, car l'âme y joue surtout un rôle important. L'histoire en elle-même tourne autour d'un tableau de Rembrandt, un tableau perdu durant la Seconde Guerre mondiale et ayant appartenu à une famille juive. Le docteur Marcel vient de s'acheter une nouvelle maison et, en effectuant des travaux, il découvre le journal intime d'une jeune femme juive cachée durant la guerre à la manière dont le fut Anne Frank. Dans ces carnets est entre autre évoqué le tableau qui appartiennait justement à sa famille. Pour obtenir des informations supplémentaires, le docteur va demander l'aide d'un ami, spécialiste en informatique, pour chercher des informations, et tout cela va permettre à des gens mal intentionnés de se positionner pour éventuellement récupérer à leur propre profit le tableau.
Ce court récit est donc constitué de deux parties qui se répondent : d'un côté, nous suivons la recherche du docteur et de ses amis ainsi que les manœuvres des gangsters pour essayer de les doubler ; de l'autre, c'est une longue plongée dans la restitution de la période de la guerre dans une petite ville française (et plus spécifiquement en s'appuyant sur des travaux d'historiens autour de la ville de Mantes-la-Jolie). C'est cet aspect qui est particulièrement mis en avant, de manière crédible. Du coup, la partie plus polar est en retrait et ne sert que de soutien à la partie historique plus chamarrée. Et ce n'est que justice car le sort de la jeune femme, au départ d'une vie brisée par l'idéologie, reste beaucoup plus important qu'un simple tableau, aussi important soit-il.

Citation

Non, mais comment il nous a roulés, le paralytique ! Il dirige toute l'opération depuis son lit médicalisé ! Cagoule 2 et Cagoule 3 s'emparent du coffre en bois contenant le Rembrandt pendant que Cagoule 1 nous tient en respect avec son arme.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 30 octobre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page