London noir

C'est un fait. Le gouvernement apprend maintenant à déchiffrer l'opinion publique comme des sociétés telles que la mienne le font depuis longtemps, et cela ne peut donner que de bons résultats, une meilleure compréhension entre les gouvernants et les gouvernés.
Henry Porter - Lumière de fin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 13 novembre

Contenu

Essai - Policier

London noir

Historique - Enquête littéraire - Urbain MAJ lundi 04 novembre 2019

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

André-François Ruaud
Montélimar : Les Moutons électriques, octobre 2019
254 p. ; illustrations en noir & blanc ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-36183-579-8
Coll. "La Bibliothèque voltaïque"

London Calling

Peu de villes sont aussi étroitement liées à l'histoire du roman policier que ne l'est Londres. Los Angeles a pu inspirer la naissance du film noir, et New York se prêter à de brillantes réécritures policières, mais seule Londres peut se targuer d'avoir engendré la figure du détective en même temps que celle du policier professionnel. Amoureux de la capitale britannique, André-François Ruaud lui a déjà consacré plusieurs ouvrages, et c'est cette fois-ci encore par le biais du prisme littéraire qu'il nous convie à y déambuler. Car Londres est une ville de mots autant que de quartiers et d'histoire, et c'est à travers les mots des grands et moins grands noms du roman policier que London Noir explore le temps et l'espace, du 221B Baker Street de Sherlock Holmes au 30 Wellington Square de James Bond, du smog victorien à la folie des swinging sixties. Partant du principe, comme dans les autres ouvrages de la regrettée "Bibliothèque Rouge" des Moutons électriques, que les personnages de fiction sont aussi réels que vous et moi, André-François Ruaud peut ainsi entrecroiser en permanence la grande histoire de Londres, celle de Victoria, des roaring twenties et du Blitz, avec celle des détectives littéraires, relater des rencontres au croisement des deux mondes, comme celle de Sherlock Holmes et Joseph "Elephant Man" Merrick, ou entre deux univers fictionnels, James Bond et John Steed étant, c'est bien connu, rivaux à Eton. Au fil des pages, on croisera ainsi des figures connues, telles que Jeeves, Blake & Mortimer, Fu Manchu, Simon Templar, Harry Dickson ou Father Brown, des noms injustement tombés dans l'oubli qu'il contribue à remettre en lumière, comme Solar Pons, Sexton Blake, Judith Lee, Albert Campion ou Raffles, on partira à la rencontre de leurs auteurs-biographes, tout en explorant les changements architecturaux et sociétaux de la capitale britannique.
Digne émule des deux grands arpenteurs de Londres que sont Iain Sinclair et Peter Ackroyd, et tout comme eux adepte de la psychogéographie, André-François Ruaud nous plonge dans un Londres où les strates du temps se complètent et se répondent, ou un fait divers oublié peut éclairer un développement urbain récent. Passionnant, ce parcours littéraire émaillé de nombreux extraits de textes, se double de surcroît de trois déambulations guidées, sur les traces des visionnaires (Rimbaud, Lénine, Dorothy L. Sayers, Dickens...) ou de Sherlock Holmes, ou le long d'une Tamise peuplée d'échos du passé. Un indispensable à glisser dans votre sac pour un séjour à Londres, qui ne l'est cependant pas moins pour un périple immobile au sein des bibliothèques.

Citation

Il faut, pour vraiment découvrir une ville, faire un pas de côté. C'était déjà ce que suggérait Arthur Machen au début du XXe siècle.

Rédacteur: Jean-François Micard lundi 04 novembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page