Jouer le jeu

J'ai chopé son coupe papiers et me suis ouvert les veines d'une caresse glacée. C'était bien plus facile que je ne l'aurais cru, passé la frontière de l'épiderme. Si on oublie la peur du picotement, on peut enfoncer la lame au plus profond.
Laurent Fétis - Nocturne pour instruments divers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 07 juin

Contenu

Roman - Policier

Jouer le jeu

Sportif - Drogue - Trafic MAJ lundi 20 janvier 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Philippe Paternolli
Saint-Étienne : Le Caïman, mai 2019
180 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-919066-75-9
Coll. "Polars", 26

Albigeois, cœur fidèle

Lors d'un nouvel an prometteur d'une nouvelle année aussi nulle que les précédentes, Kévin Mauriès entend bien marquer les esprits : ayant récupéré un stock d'extincteurs volés transformés en bombes artisanales, il prépare un beau feu d'artifice. Le voilà devenu chef de bande, comme il en rêve. Mais il est surtout recruté par des plus gros poissons que lui qui lui donnent pour seul travail de faire passer des mallettes en Suisse sans trop se soucier de leur contenu. C'est là que le grain de sable grippe la machine : son contact, Goran Holodzic, un ancien footballeur devenu agent des professionnels, est assassiné par un inconnu. Or il était le seul à connaître son passeur, selon le bon vieux principe de cloisonnement. À Paris, c'est le branle-bas : ce n'est pas tant la valeur de la livraison en possession de Kévin, le marché étant très spécifique, mais si le passeur tente lui-même de fourguer la marchandise, soit des produits de dopage destinés à tous les clubs de ligue 1, toute l'organisation peut être exposée. Les dirigeants envoient donc un nettoyeur, Marc Bodève, chargé de faire le ménage. Une trajectoire qui va croiser celle du commandement Vincent Erno, chargé de l'enquête. Mais l'assassin de Goran Holodzic, un meurtre aléatoire, ne compte pas en rester là, ce premier crime n'étant qu'un galop d'essai...
En son temps, cette série consacrée à Vincent Erno eût parfaitement trouvé sa place dans une des grandes collections populaires comme "Spécial-Police" ou la "Série noire" encore en poche. Du polar qui ne cherche pas midi à quatorze heures, et se contente de livrer une excellente intrigue assez inventive (en dépit de quelques "trous" car Philippe Paternolli occulte comment Bodève a retrouvé si facilement le "passeur"...) qui, sans déflorer, se permet même un détour inattendu vers l'espionnage et, à cent quatre vingts pages, n'étire pas son propos. Pas de doutes, il manque juste un poil de personnalité dans l'écriture pour que l'auteur puisse reprendre la place du regretté Jan Thirion.

Citation

"Jouer le jeu", "ne pas faire de vagues", telles étaient selon Castain les deux règles qui prévalaient désormais à la BSMO, et la situation empirait chaque année. Il s'amusait parfois à songer que, sous couvert de management "moderne", "à l'américaine", l'entreprise ultralibérale fonctionnait selon un système digne de la bureaucratie soviétique !

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 20 janvier 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page