Fausse note

Il perçoit distinctement les paroles des arbres. Il rit de bonheur et il pleure et il dit à la fille, tu entends, tu entends.
Rachel Corenblit - Un petit bout d’enfer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 juillet

Contenu

Roman - Policier

Fausse note

Disparition - Guerre - Artistique MAJ mercredi 29 janvier 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,5 €

Guy Rechenmann
Pau : Cairn, février 2019
230 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-674-5
Coll. "Du noir au Sud", 65

Flic & violon

Anselme Viloc, trente-neuf ans, inspecteur de police au commissariat de Bordeaux, est surnommé le "flic de papier" pour son don à relater les enquêtes contrastant son manque de grand spectacle sur le terrain. Ce jeudi 16 avril 1992, il reçoit François Frontjoie, alerté par un rêve prémonitoire annonçant la mort de sa fille Pauline, disparue depuis un an. Pauline, une ex-toxico revenue des enfers qui ne demandait qu'à reprendre le cours de sa vie et la guitare, sa passion, et qui semble s'être volatilisée sans laisser de traces... Or son ami Julien Tribel ne risque pas de parler : il s'est tué dans un accident de surf. Une mort pour le moins suspecte, puisque s'étant produite dans des conditions balnéaires optimales, même si on n'a pas jugé bon d'ouvrir une enquête. Viloc s'entête à chercher la vérité, en dépit du petit jeune à peine sorti de l'école de police de Périgueux qu'on juge bon de lui adjoindre. Une vérité qui trouve ses racines bien loin d'ici, il y a bien longtemps, dans l'enfer des camps de concentration, lorsqu'un officier se prend d'affection pour un jeune prodige du violon...
Avec sept ans d'existence et plus de soixante titres parus, il est désormais clair que la collection "Du noir au Sud" est l'héritière des grandes collections de polar en poche du passé, les "Spécial-Police", le "Masque jaune" et autre "Série noire" d'avant le grand format. Si le décor est obligatoirement sudiste, on est loin de l'ennui du "régionalisme" : généralement, lorsqu'on ouvre un livre de la collection, on tient plutôt du bon petit polar d'enquête "classique", du roman de distraction, parfois des séries, sans vouloir révolutionner le genre ou dire des choses profondes sur la société : en ça, jusqu'à présent, le contrat au lecteur est tenu. Guy Rechenmann y ajoute un petit plus : un véritable ton à travers la voix décalée de son personnage central qui rappelle le fameux Amédée Mallock. Certes, la résolution de l'intrigue est relativement simple, mais ce qui compte, c'est le chemin pour y arriver à travers la voix de ce flic lunaire et pourtant efficace qu'on imagine facilement incarné par le regretté Michel Serrault. Visant relativement bas, l'auteur touche sa cible en proposant deux ou trois heures de détente. Que demander de plus ?

Citation

Les scénarios de séries télévisées ne s'inspireront pas de mon enquête, c'est certain, trop peu d'action, le sang ne gicle pas, les rebonds sont mous. Le travail d'observation et de réflexion ne présente pas d'intérêt pour un public qui n'a aucune idée des difficultés d'investigation dues aux procédures, aux lenteurs administratives et au bon vouloir des acteurs.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 29 janvier 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page