Qaraqosh

J'observe autour de moi les gens accoudés au bar ou assis aux tables dans les box, qui boivent leurs bières en ayant des conversations normales à propos de vies normales. Je parie que ce soir certains d'entre eux vont même baiser.
S. G. Browne - Heureux veinard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 02 juillet

Contenu

Roman -

Qaraqosh

Ésotérique - Assassinat - Terrorisme MAJ mercredi 29 janvier 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Maurice Gouiran
Paris : Jigal, mai 2019
262 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37722-069-4
Coll. "Polar"

Alchimie jihadiste

Le titre de ce roman de Maurice Gouiran sonne comme un nom de guerre, comme un hurlement biblique, comme un lieu lointain et exotique. Avec cette intrigue, c'est un peu tout cela qui nous attend, puisque Qaraqosh fait appel au patronyme d'une ville d'Irak. C'est là-bas qu'il y a eu un massacre auquel se réfère une milice chrétienne qui entend lutter sur le terrain contre le jihadisme. Mikki a fait partie de cette brigade, mais déçu parce que les Européens sont laissés à l'écart du conflit, supplétif de l'armée en attente de mission, il est rentré au pays. Pourtant, à peine les valises posées, il a été menacé par des "gens du quartier", comme si on lui reprochait cette mission. Il a réussi à échapper aux tueurs et s'est réfugié chez une connaissance qui est aussi un ami de Clovis, le journaliste, en instance de départ pour Prague afin d'effectuer un reportage sur l'alchimie. Ce dernier est "en couple" avec Emma, une policière chargée d'enquêter sur un mort sans nom que l'on vient de retrouver abattu de deux balles dans la tête. Puis c'est un deuxième cadavre qui est retrouvé. Or les deux morts étaient passés par Prague. Elle demande à son ami d'enquêter sur eux dans la capitale est-européenne, et Clovis parvient à faire le lien avec Mikki !... C'est justement à Prague que la brigade regroupe ses recrues au départ et au retour des terres de"libération" ou de "croisade", et les deux morts sont bien retrouvés sur une photo prise à l'aéroport avec deux autres inconnus et le petit Mikki. Il y aurait donc bien un commando jihadiste qui recherche les anciens brigadistes et les liquiderait. Ou alors, d'autres surprises se cachent derrière ces événements sanglants...
Avec qui plus est un clin d'œil au Faucon Maltais (car l'on sait maintenant que Daesh a aussi développé le commerce des antiquités préislamiques), le roman de Maurice Gouiran continue à décrire le monde actuel, d'aventures de Clovis à d'autres. Inséré dans le quotidien de son auteur pour des apartés intéressants et documentés (la Prague alchimiste) et par une description de lieux, de décors et de situations géopolitiques (à côté des fondamentalistes recrutés pour aider Daesh, qui sont au centre de l'actualité et des peurs de l'Europe, l'auteur nous livre aussi un travail documenté sur les gens qui s'engagent dans l'autre camp et sur leurs conditions de vie au sein des combats), Qaraqosh est à la fois le récit de la vie des personnages dans leur vie simple et leur confrontation avec les grands enjeux du monde. Sans entrer dans les grands complots et thrillers ultra formatés, mais plutôt en regardant par le petit bout de la lorgnette, comme un Robert Guédiguian qui se serait mis en tête de raconter, depuis ses calanques, un thriller international, en s'intéressant à de petites gens, entre débrouillardises, roublardises, méchancetés criminelles ou simple humanité qui font que l'on aide un homme en fuite, en danger. C'est ce mélange que l'on qualifierait d'humaniste qui fait le charme des romans de Maurice Gouiran et rend éminemment addictive sa série autour de Clovis, son héros journaliste.

Citation

Ça s'est passé au mois de juin. On les avait déployés derrière les unités militaires régulières qui donnaient l'assaut aux derniers bastions ennemis. Ils avaient découvert un labyrinthe de ruelles exigües où chaque maison dissimulait un piège mortel.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 29 janvier 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page