Avec le chat pour témoin

Ogden sentait son cœur battre à tout rompre et il se demanda pourquoi. La réponse était évidente : rien ne rend les gens plus intéressants que d'être morts. Triste à dire, mais vrai.
Percival Everett - Montée aux enfers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 août

Contenu

Roman - Policier

Avec le chat pour témoin

Braquage/Cambriolage - Assassinat - Faits divers MAJ mardi 25 février 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Pierre Pouchairet
Quimper : Le Palémon, décembre 2019
272 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-37260-566-3
Coll. "Enquêtes en série : police"

Brest confidential

La commandante de police Léanne Vallauri est cette fois confrontée à une affaire qui la touche de près. Marc chabot, un promoteur immobilier plus ou moins véreux, est retrouvé assassiné à coups de poignard. L'ennui, c'est que la principale suspecte est l'une de ses nombreuses maîtresses, la psy Vanessa Fabre. Une professionnelle respectée, mais aussi l'amie de Léanne avec qui elles écument les bars bretons avec une troisième comparse pour jouer du rock. Rien n'y fait, lorsqu'on débusque ses empreintes sur l'arme du crime, Vanessa est aussitôt inculpée et incarcérée pendant que Léanne hérite du seul témoin du crime : le chat de Marc Chabot. Mais tout le monde ne regrette pas Chabot le joli cœur ; certainement pas sa veuve joyeuse, promise à un bel héritage. Mais aussi son fils Franck, qui espère bien remporter sa part du magot pour son projet d'achat d'une ferme avec son amie sculpteuse pour en faire un gîte. Or, bien sûr, l'argent est bloqué et Franck refuse de renoncer à l'affaire idéale qui se profile, quitte à faire jouer de mauvaises fréquentations... De son côté, Léanne continue à tout faire pour disculper son amie, mais l'affaire a peut-être des ramifications inattendues. Et si tout avait commencé dans les années 1980, lorsqu'une bande de braqueurs composée d'anciens militaires et de truands corse multipliait les coups de main audacieux ? Le dernier de ses coups de main s'était terminé par la mort accidentelle d'un enfant...
On a déjà dit tout le bien de cette série brestoise qui aborde son quatrième opus, notamment l'excellent La Cage de l'albatros. Cette fois, Pierre Pouchairet entraîne ses personnages dans une enquête plus traditionnelle ou, selon une dramaturgie classique, deux affaires qui semblent ne rien avoir en commun finissent par se télescoper jusqu'à une résolution beaucoup plus simple que ce qui l'a précédée, mais qui, sans déflorer, donne tout son sens au titre. Surtout, on retrouve ce qu'on aime chez Pierre Pouchairet, ses personnages attachants – et qui ne sont pas infaillibles ou trop parfaits pour être honnête –, et comble du bonheur son incroyable science de la narration qui pousse à tourner les pages, adjointes ici à quelques scènes d'action impressionnantes de maîtrise. Bien des gros pavés à tarif premium n'en offrent pas autant...

Citation

Elle a dû être belle avant d'abandonner son corps à des magiciens du scalpel. Le résultat, sans être terrifiant, manque de naturel. Ce que Léanne voit, c'est une grande blonde à la taille fine, aux mains manucurées et au visage maquillé avec soin. Une bijouterie ambulante, dont les pierres et le métal absorbent avantageusement la lumière des projecteurs de la police. La flic pense que le travail n'a pas dû user cette femme qui quitte sans doute son canapé uniquement pour aller au club de sport ou à un rendez-vous chez son esthéticienne.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 25 février 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page